Club de Jeux de rôle situé à Noisy-le-Roi
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Chemin - Gérald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
P'tit Mouk
Administrateur
avatar

Sagittaire Dragon
Nombre de messages : 5868
Age : 28
Date d'inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Le Chemin - Gérald   Jeu 2 Oct 2014 - 3:23

Vendredi 24 septembre 2010,

Tour à tour, les cinq individus franchissent l’étrange voile lumineux et immatériel qui délimite la fin du tunnel. Ils se retrouvent dans une pièce circulaire aux dimensions cyclopéennes, plongée dans l’obscurité. Le plafond est une brume mouvante, surnaturelle. Douze portes, et des escaliers qui descendent vers le milieu de la pièce. Douze fauteuils de bois, face au centre, chacun orné d’un brasero. Un trône, au milieu de la salle, massif, surmonté d’une horloge.

Des pleurs, des cris de panique. Une jeune femme se trouve au centre de la pièce. Elle est terrorisée. Non loin d’elle se trouve un grand black à la carrure de colosse, habillé de vêtements d’infirmier. Nous comprendrons plus tard qu’il est muet, et se fait appeler Bavard. Il protège corps et âme un vieillard tremblotant, mais étonnamment calme. Caché derrière l’un des fauteuils, un moustachu bien habillé nous observe avec méfiance.

Et dans l’esprit de tous, une seule question : mais qu’est-ce qu’on fout ici, bordel ?!

On tâche de comprendre, de savoir qui sont tous ces gens, de trouver des réponses.

William Ash (perso de Stéphane) accapare une certaine attention, et pour cause : il brandit un revolver. La trentaine, plutôt costaud, vêtements de ville.

Stéphane (perso de Cid) a une dégaine un peu étrange. Les cheveux longs, en bataille, il est simplement vêtu d’un peignoir blanc et de chaussons. Mais, plus étonnant encore, il semble parler à quelqu’un que nous ne voyons pas : sa fille.

Nathan (perso de Greg) est un jeune homme d’environ 25 ans, plutôt athlétique. On dirait qu’il revient d’une expédition dans les Alpes : bonnet, manteau rembourré, chaussures de marche, sac de randonnée…

Gillman Jenkis (perso de Xav) doit avoir un peu moins de 30 ans. Très propre sur lui, veste de costard. Lui aussi parle à quelqu’un qui n’est pas présent, une certaine Nomi… une cliente…

Adrien Jouan (mon perso) doit avoir 35 ans. Plutôt costaud, relativement grand, vêtements de ville bon marché. William et lui se connaissent vaguement, même s’ils n’ont pas la moindre idée de comment ils se sont retrouvés tous les deux ici.

Mais nous sommes neuf, et il y a douze portes, douze fauteuils. La jeune femme nous expliquera qu’il y avait un très jeune enfant avant que nous arrivions. À peine arrivé, il a été happé par quelque chose qui semblait le poursuivre.

C’est alors que l’une des portes s’ouvre. Une vieille dame terrorisée entre dans la pièce. Elle saigne abondamment et hurle au secours. Surgissant des ténèbres, derrière elle, un tentacule informe et noir se saisit de ses jambes. Adrien et Nathan courent à son secours et parviennent à lui saisir les bras, tandis que William ouvre le feu sur la créature. La détonation résonne dans toute la salle, tandis que la balle passe au travers, comme si la chose n’était qu’une brume malfaisante. Et le ciel se met à gronder…

Des éclairs se forment, les ténèbres au-dessus de nous commencent à se déchaîner. La vieille femme hurle de douleur alors que son corps se disloque sous l’effort. Mais la créature est trop forte : nous finirons par lâcher et elle sera entraînée derrière sa porte par le tentacule.

Les douze portes justement. Elles n’étaient pas là lorsque nous sommes arrivés, et maintenant elles nous retiennent prisonniers ici. Il n’y a aucune possibilité de les ouvrir. William a une idée : il faut examiner cette horloge, au sommet du trône central. L’arme à la main, aidé par Adrien, il monte sur le trône… et se fige. Mécaniquement, il se retourne et s’assoit. D’un seul coup, il est pris de spasmes violents et ses yeux se révulsent. La jeune fille, Bavard le grand black et Adrien tentent tout ce qu’ils peuvent pour le sortir de là, mais rien n’y fait : William ne semble faire qu’un avec le trône, et ses spasmes empirent.

Au même moment, Stéphane reçoit une vision. Derrière la dernière porte se trouve la douzième personne : une jeune fille. Elle est gravement blessée. Aidé par Nathan, il lui conjure d’ouvrir la porte, de faire un dernier effort. La porte s’ouvre. Elle est là, juste derrière. Nathan tente de s’emparer d’elle pour la sauver des ténèbres, mais son corps est comme dissipé. Seule sa tunique lui reste en main… Et les ténèbres sont dernières, tapies dans le couloir… et elles progressent vers nous.

Les spasmes de William ne s’arrêtent pas. Adrien empoigne le revolver et fait feu sur l’horloge.

Le mécanisme est brisé, et le trône se met à pivoter. Lentement. Un nuage de brumes noires commence à envahir le trône. William est éjecté du fauteuil, et peine à reprendre ses esprits. La brume se matérialise progressivement, alors que des tentacules émergent des abysses et foncent droit sur William.

Une porte vient de s’ouvrir, Adrien en est persuadé. Il finit par trouver l’ouverture et hurle à tout le monde de s’y précipiter. L’ombre sur le trône avoisine maintenant les 3 mètres, et une silhouette humanoïde commence vaguement à se dessiner.

Alors que William est aux prises avec un tentacule, tout le monde fuit en direction de la seule sortie.

« Menteurs ! Je sais qui vous êtes. » Ce n’est pas une voix, mais une certitude. Dans nos têtes. Et ça vient de l’ombre sur le trône.

William parvient à se dégager et court en direction de la sortie, tandis qu’un autre tentacule fonce sur Adrien. Ce dernier tire un coup de revolver sur l’ombre, sans succès. L’ombre d’une femme svelte, mais gigantesque. Le tentacule le percute violemment, le clouant au sol. C’est alors que la chose se désagrège : une substance noire et visqueuse commence à imprégner ses vêtements.

Nathan l’aide à se relever, et tout le monde sort de la salle. « Je sais qui vous êtes. »
Nathan referme la porte.

Nous nous retrouvons tous dans un long couloir sombre. Et nous avançons…

Et nous nous réveillons.

La suite plus tard, sauf si quelqu’un veut prendre le relais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.alcdf.forumactif.com
Sid
Ancien
avatar

Taureau Serpent
Nombre de messages : 343
Age : 40
Localisation : Le Port Marly
Date d'inscription : 27/08/2014

MessageSujet: Stéphane sur le Chemin   Ven 3 Oct 2014 - 3:28

J'ai 47 ans et pourtant je me suis encore laissé avoir comme un jeunôt. Tout ceci n'est encore qu'un de mes foutus cauchemars et il m'a fallu tout ce temps pour m'en rendre compte ! Trop longtemps j'ai renié mes visions mais cette fois ci ça dépasse les bornes. Jamais je n'avais été oppressé de cette façon par un rêve.
Evidemment ma Prisca n'a jamais été là, sûrement pas plus que les autres d'ailleurs.
Pourtant, j'ai bien ressenti une personne réelle quand j'ai serré la main de...quel nom il m'a dit ? William je crois, une âme franche et déterminée.
Est ce que Philippe a pu déclencher ça ?  Son pouvoir aurait bien grandi... Il faut absolument que je sache s'il est encore vivant.
Et cette pauvre fillette...elle m'a appelé à l'aide mais je pressens qu'elle est déjà morte...L'odeur de chataigne était tellement vivace...Tiens je vais l'appeler Châtaigne pour l'instant. J'essaierai de la localiser quand je serai remis de cette oppression mentale qui pèse sur mon esprit.
Merde je saigne du nez ! C'était vraiment du sérieux alors !
Le téléphone maintenant...Oui allo ?  Comment ça on est tous morts ? Vous êtes qui ? Ok on est tous morts j'ai compris...Si c'est pour une consultation rappelez en soirée, merci, au revoir.
J'appelle le cabinet pour leur filer le numéro de ce gars dérangé. S'il a du pognon, on va bien s'occuper de lui. Il va avoir droit au grand jeu, voyance de luxe, même à domicile s'il le faut. Il a l'air à point, on va bien l'essorer.
Bon faut vraiment que je me repose aujourd'hui sur ma bonne vieille péniche.
Tôt dans la soirée, 2 cachetons et au lit... vite réveillé par le téléphone...merde je l'avais pas éteint ?! Oui allo ? Comment ça je suis en danger ?!...c'est une menace ? vous êtes qui ?... La soirée de repos commence vraiment bien...et maintenant j'entends un bruit suspect sur le pont...Qui va là ?...Eh là vous êtes qui ? Oh merde il a un flingue...
"Stéphane Zornakis ?" Euh...ça dépend...c'est pourquoi ? "C'est l'heure de mourir, de la part de Philippe" BANG ! Argh je suis touché ! Non je vais pas crever comme ça en peignoir sur le plancher de...
Ahhh non ça va je me réveille encore dans mon lit...foutus rêves, un jour ils vont me faire une crise cardiaque !
Dring, dring...encore le téléphone, le même numéro...Allo? Je suis en danger ??... tiens c'est bizarre j'entends encore le même bruit sur le pont... Un rêve prémonitoire !! Mon vieux revolver vite ! Je l'ai rangé où déjà merde ça fait si longtemps...trop tard faut que je me tire vite fait par l'autre coté... Doucement fait pas de bruit mon vieux...tu vas passer sur le bord pendant qu'il entre et...merde il m'a vu. Fonce sur la passerelle...Pantoufles de merde + peignoir à la con + aucun sport en 20 ans = il est vite dans mon dos me mettant en joue...Je me jette inutilement au sol alors qu'un autre tireur invisible vient d'abattre mon aggresseur ! C'est quoi ce merdier ?? Je retourne vite à l'intérieur. Finallement je vais prendre le temps de trouver mon flingue et je vais même m'habiller en cinquième vitesse.
Merde Prisca ! Si les copains de Philippe peuvent pas m'atteindre, ils risquent de s'en prendre à ma princesse !
En sortant, j'ai juste le temps de me planquer dans un buisson avant qu'une fusillade éclate. En fait c'est surtout la tête d'un des hommes en noir qui éclate car ça se joue au silencieux sans même réveiller les voisins.
Pas moyen de rejoindre mon sauveur caché alors j'appelle un taxi pour me rendre chez Valérie, ma délicieuse ex-femme. Entre temps,j'ai appelé les flics pour signaler un intrus armé imaginaire dans l'immeuble de Valérie.
Comme je débarque en pleine nuit avec un flingue, évidemment la conversation est assez limitée alors je me contente d'avertir ce con de Marc et je lui laisse le revolver. N'ouvre à personne sauf si tu vois des uniformes de flic, t'as compris ? Je ne l'aime pas mais au moins c'est un homme sûr de lui alors peut être qu'il gérera ça pas trop mal. Même pas l'occasion de dire au revoir à ma fille chérie, pourtant je risque de ne plus la revoir pendant longtemps, et sa mère va en profiter pour la monter contre moi à tous les coups. Au moins si je me fais descendre, une grosse prime d'assurance vie va tomber sur son compte bloqué, j'ai prévu l'essentiel.
Après des heures de surveillance stérile, je suis accablé par la fatigue mentale et physique mais faut que j'aille régler l'histoire de l'appel mensonger chez les flics. Si c'est eux qui viennent me chercher ils seront moins conciliants. Je vais les baratiner et je paierai l'amende, voilà tout.
En passant devant les quais, je remarque que les corps semblent avoir disparus et aucun flic à l'horizon. Quelqu'un a fait le ménage on dirait. La lumière est allumée dans ma péniche mais je résiste à la tentation d'aller voir de plus près.
Sur le trajet que je fais à pied vers le commissariat, je repense aux gens qui étaient dans mon cauchemar...Peut être qu'ils ont tous des visions spéciales comme moi. S'ils existent, je dois les retrouver ! Ça se trouve, l'un d'eux est mon ange gardien tireur d'élite.
Je crois que le gars qui continue de m'appeler sur mon portable est mort. Au prochain appel, faudra que je soit plus réceptif.
Ensuite, j'irai retrouver mon vieux mentor Philippe, qu'il soit vivant ou mort.


Dernière édition par Sid le Ven 24 Fév 2017 - 15:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lrworld.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Chemin - Gérald   Sam 4 Oct 2014 - 21:35

Magnifique !

Deux styles différents pour une seule histoire contée avec brio. Les points de vue diffèrent et, contrairement à toute attente, je n'ai pas encore décelé d'incohérences ou de méprises dans ce qui est décrit.

Bravo à tous les deux. Et merci pour votre temps passé.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Chemin - Gérald   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Chemin - Gérald
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le p'tit bonhomme de chemin, d'un futur retraité.
» google image ( se sujet de sert a rien, passer votre chemin)
» TROC AU CHEMIN VERT
» Chemin vers 2409 - Réponses à donner
» chemin-vers-2409

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À la Croisée des Fers :: A l'auberge :: Débriefings des parties-
Sauter vers: