Club de Jeux de rôle situé à Noisy-le-Roi
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 [Vampire, la Mascarade] Salvation Chronicle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Totoro
Vice-Président
avatar

Nombre de messages : 814
Date d'inscription : 21/05/2005

MessageSujet: [Vampire, la Mascarade] Salvation Chronicle   Dim 6 Déc 2009 - 21:07

Salvation Chronicle


Scénario 1 - Ante Mortem


Avant d'être détruit pour non respect de la 7ième tradition, le debrief sans plus attendre...

Une très belle journée que ce 12 septembre 1546. La cérémonie de mariage à laquelle assiste une multitude de convives dans l'église Saint Laurent l'est tout autant. Elise de Bazillac, jeune noble de 18 ans de la région de Marseille épouse Joachim de Campignolle, 37 ans, colonel de l'armée française qui a vaillamment combattu en Italie jusqu'à présent.

Après la messe, nous sommes tous invités au buffet au sein du Fort Saint Laurent, rattaché à l'église. Chacun en profite pour faire la connaissance de son voisin, ainsi que pour féliciter les mariés. Gondemar de Bazillac, marseillais jusqu'aux bouts des doigts et père de la mariée, anime l'évènement avec grand succès et nous sommes sûrs de ne manquer de rien, surtout pas de vin ou de pastis.

Enfin, le soir approche, le beau soleil rouge se couche sur la ville. La plupart n'y font pas vraiment attention, et quoi de plus normal ? Mais pas cette fois-ci...
Les plus chanceux, à savoir la famille et amis proches, se rendent au banquet dans la propriété des Bazillac non loin de là. Les conversations interrompues le temps du déplacement peuvent reprendre, l'alcool peut continuer de couler. Parfois un peu trop. Enfin, personne ne peut reprocher au marié de fêter dignement le jour le plus heureux de sa vie.

Le plus heureux ? Bien au contraire.
La soirée est bien avancée et une certaine agitation se fait sur les lieux du dîner. Des personnes quittent leur place plus que de raisons. Pourtant la tension est bien réelle. Le mot est presque dans toute les bouches. La mariée a disparu... L'inquiètude monte quand personne ne la trouve nulle part, ni dans le jardin, ni dans la maison, mais surtout, quand on trouve des traces de sang sur la palissade.

Alors que les personnes continuent de fouiller les proches environs, un petit groupe part en direction de la ville. Joachim et son cousin, Antoine de Pontaillac, explorateur revenu juste pour l'occasion et qui a eu la bonne idée de prendre son chien avec lui, suivent le flair infaillible de l'animal. Mais aussi Urbain de Bazillac, le frère de la mariée, pas beaucoup plus âgé qu'elle, initié au monastère bénédictin du mont Saint Michel, ainsi que Guillermo (j'ai un trou pour le nom de famille, Souza?), associé, d'origine italienne, de Gondemar de Bazillac, qui apparemment gère bon nombres d'affaires de ce dernier.
Tous les quatre se retrouvent finalement dans la ville, après quelques recherches infructueuses, quand le Réal, le bon labrador, découvre une sandale de la mariée, devant une maison qui a l'air abandonnée, dans une petite ruelle qu'il n'est guère bon d'emprunter seul une fois la nuit tombée...


Je pause la je dois y aller, je continue tout à l'heure !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Totoro
Vice-Président
avatar

Nombre de messages : 814
Date d'inscription : 21/05/2005

MessageSujet: Re: [Vampire, la Mascarade] Salvation Chronicle   Lun 7 Déc 2009 - 4:12

Réal grogne, il sent un danger. La maison ne lui plaît pas. Joachim se précipite à l'entrée, frappe, appelle... aucune réponse. Il n'en faut pas plus pour que sa patience, déjà bien consumée, atteigne sa limite. Il fracasse la porte et se rue à l'intérieur. Seule la poussière remue dans la pièce qui n'a pas du accueillir de présence humaine depuis longtemps. Sauf que les fines traces de pas dans ladite poussière prouvent le contraire. Joachim et Urbain se mettent à fouiller dans toute la maison. Le tour en est vite fait. Trois salles et puis c'est tout.

Rien. La sandale, les traces dans la poussière, on ne s'est pas trompé, on le sait, mais rien. Et le chien qui se met à hurler à la mort, que lui arrive-t-il ? Antoine peine à le faire taire. Le frère et le mari redouble d'efforts. Les traces s'arrêtent au niveau du tapis, normal après tout. Quelque chose cloche cependant. Elles semblent y converger. La solution n'est pas loin. Joachim soulève le tapis, et découvre une trappe. Réal court vers la trappe. Antoine essaye de le contrôler et Guillermo suit le tout. Finalement les quatre individus descendent l'escalier de bois miteux qui mène à une sorte de cave.

Nos regards tombent sur une table de chevet dans le coin de la pièce. A côté, un lit de plumes et posé dessus, le corps d'une jeune femme. On s'approche, mais la surprise est passée, c'est bien Elise qui gît là. La pauvre est affreusement pâle, aussi blanche que sa robe. Les cernes profondes sous ses yeux en ressortent d'autant plus. Fébrile, Joachim s'approche de sa femme, s'agenouille tout à côté. Il l'appelle, il la touche. Qu'elle est froide ! Sa main se dirige vers le poignet de la jeune femme... La vie a quitté ce corps. Lui qui, quelques instants auparavant rayonnait et souriait, n'a maintenant plus aucun sens.

Voila qu'Elise se met à tousser et à chercher son souffle. Pris de stupeur les quatre hommes se jettent des regards plein de confusion. La mariée reprend peu à peu ses esprits. Un homme l'aurait amené ici. Elle a l'air secouée, comme différente. Urbain l'aide à se lever quand des bruits de pas furieux raisonnent à l'étage.
Tout s'est passé très vite. Trois hommes apparaissent en haut des marches. Ils ont tout droit l'air d'être sortis d'un conte scandinave. Or ce n'est pas tant leur fourrure qui nous marque, mais le regard de feu, inhumain, qui nous transperce. Le premier crie "DU BÉTAIL !", puis en une fraction de seconde, ils sont sur nous. Leur vitesse est ahurissante. Les coups qu'ils donnent sont surpuissants. Un par un, Antoine, Joachim, Guillermo et Urbain sont envoyés valdinguer à travers la pièce, comme s'ils étaient de vulgaires coussins. Le trou noir.

Ils se réveillent, contusionnés, le corps endoloris. Les pieds et poings liés, ils ne peuvent que se mettre à genoux. Ils se trouvent dans une sorte de crypte. Quelques chandeliers éclairent la scène. Un homme, à la présence fascinante, est assis dans un trône de marbre imposant. Plusieurs autres hommes se trouvent rassemblés là, dont nos assaillants et un autre qui est agenouillé et ligoté à côté du trône. Il est en sang, couvert de griffures. Encore à côté, Elise est également là. Tout le monde se tait quand l'homme assis se met à parler. Ce n'est pas très clair... Une histoire d'étreinte, de baiser, de calice, de non respect de la troisième tradition qui mérite un seul châtiment: la mort, pour lui et sa descendance. Et l'acte joint aussitôt la parole. Notre viking dégaine une épée monstrueuse et l'abat, tranchant la tête de Donatien, qui part rouler un peu plus loin, tandis que son corps se consume en un instant ne laissant qu'un tas de cendre.

L'épée se relève, cette fois pour Elise. Et alors qu'elle s'apprête a s'abaisser, la porte du fond s'ouvre brutalement et dix personnes font irruption. Le délire monte encore un peu plus en intensité. L'homme sur le trône, apparemment appelé Prince Marius, est destitué de ses fonctions. Bien sûr il tente de défendre sa position mais il est chassé, ainsi que son acolyte. Alors les dix personnes engagent une conversation absolument surréaliste, au bout de laquelle, Joachim, Urbain, Guillermo et Antoine en deviennent le sujet. Ils ne comprennent pas ce qu'il leur arrive. Antoine tente un acte désespéré de rébellion. En vain. Nouveau trou noir.

Un trou noir différent du premier. Est-ce un rêve ? En tout cas, ils ressentent une sensation de bien être et de plaisir jamais atteinte jusque là. Une fièvre de bonheur délirante qui les emmènent dans des tourbillons de béatitudes. Puis une douleur incroyablement déchirante à travers tous les muscles du corps et une voix qui leur dit que leur corps meurt et que le seul moyen d'en sortir c'est de laisser aller. Cela finit par se calmer, et s'arrêter complètement. Ils reviennent à eux. Il fait noir. Le pire, c'est qu'ils ont l'air d'être enfermés ! Finalement, ils poussent une planche qui était devant eux, se lèvent, et s'aperçoivent qu'ils étaient dans des cercueils ! Tous les quatre sont là, torse nu. Plus aucune douleur, on dirait même qu'ils ne se sont jamais senti aussi bien. Ils sont un peu surpris, mais soulagé d'être sain et sauf, en vie. En vie ? Cela commence à déraper. Leur cœur est étrangement silencieux. Non ! Il ne bat plus ! Si Guillermo, Joachim et Urbain ont l'air d'encaisser la nouvelle, Antoine lui perd complètement les pédales.

Un homme entre dans la pièce (l'histoire n'a pas retenu son nom, cela ne devait pas avoir d'importance). Il dit qu'il doit nous conduire auprès de quelqu'un. C'est une dame, qui faisait partie du groupe des dix. Elle est assise derrière un bureau, dans une pièce avec une bibliothèque importante.
Alors qu'Antoine se bouche les oreilles, la dame raconte pleins de choses surement très intéressantes (hum). En gros, une histoire de vampire ! Puis, une autre femme rentre dans le bureau. Rhiannon de son prénom. Le quatuor doit la suivre à nouveau. Elle emmène tout ce beau monde à l'extérieur et quitte les catacombes de Marseille.

Il s'en suit une conversation plus ou moins mouvementée, dont Antoine est légèrement responsable. Il ne veut guère avoir à faire avec ces bandits et décide de déguerpir. La rébellion continue ! Enfin, cela ne dure pas longtemps. Quatre molosses lui tombent dessus dans une ruelle sombre alors qu'il tentait un coup de génie, et le ramène auprès de Rhiannon et de ses trois compagnons d'infortune. Seconde partie de la discussion. Antoine s'est un peu calmé (un peu...). Cela parle de Mascarade, de clans, de traditions, de destructions, d'immortalité, de père, d'apprentissage, de Camarilla, de sabbath, de créatures légendaires, de concept aussi improbable que la magie, etc...

Le rôle exact de Rhiannon est d'apprendre au groupe à chasser, pour se nourrir. Le vampire chasse l'humain et plus particulièrement la jugulaire. Elle veut d'abord nous montrer l'exemple. Antoine fait rater son coup et elle se retrouve entortillée autour d'un pauvre type qui n'avait rien demandé, à lui sucer son sang. Mais elle le laisse en vie, car c'est ainsi que font les gentils vampires. Puis c'est au tour des newbies. Ils ont deux heures pour cela.

Joachim fait un petit tour rapide dans les rues de Marseille et décide de s'attaquer à un ivrogne, en fait à deux. Il accoste les bonshommes, échange quelques mots. Mais ils continuent leur route. Alors Joachim les tabasse. Puis il les mord, les remord, et les mord à nouveau ! Repu et bourré, il repart en titubant (en plus de boiter) vers le lieu de rendez vous.

Le jeune Urbain marche longtemps dans la rue. Il cherche la proie parfaite. Jeune, en bonne santé et pleine de vigueur. Il croit avoir tiré la bonne pioche mais non, quarante ans c'est trop! Attention à l'excès de gourmandise, il ne te reste plus beaucoup de temps. Cela va peut être te conduire à ta perte. Oui, Taperthe (désolé), la prostituée du coin, la moins malade, la moins moche. Ah, le bougre se régale et s'enfuit en laissant la fillette au bord de la mort.

Guillermo avait un moment un tête d'aller passer le bonjour à son vieil associé Gondemar de Bazillac, toutefois il préfère se replier sur les cabarets encore ouverts. Une fille accepte de l'accompagner, dans un autre cabaret, où il se trouve une autre fille. Il tend une pièce d'or à l'une, et envoie une énorme droite à l'autre tout en se jetant sur le cou de la première, et de la seconde. Surprises, les deux victimes n'y voient que du feu ou plutôt les petites étoiles qui tournent dans leur tête.

Antoine est inquiet. Il marche d'un pas pressé en direction du port. Il se rend à l'auberge où est installé son équipage. Avec le plus de discrétion possible, il réveille le prêtre. Il est surpris de le voir débarquer au beau milieu de la nuit. Antoine prie pour se faire confesser, et lorsqu'il dit qu'il va tuer des hommes, le prêtre le prend au sérieux. Jusqu'alors dans la négation la plus totale de ce qui lui arrivait, Antoine fait tâter son pouls par le prêtre. La surprise se transforme en horreur. Le pauvre explorateur ne veut pas croire que son sort soit scellé, que son âme soit damnée. Il réclame le pardon de Dieu pour une faute dont il n'est même pas responsable. Il est effondré. Mais comme tout prêtre qui se respecte, il sait trouver les mots qui réconfortent et rassurent. Il ne faut pas arrêter de croire qu'il existe un moyen de se racheter, et tout faire pour le trouver. Car oui, il existe toujours un moyen. Alors, la mine d'Antoine se rembrunie plus encore, et regardant son vis à vis, il lui dit que la conversation risque de devenir moins plaisante. Il se lève, se rapproche doucement du prêtre. Celui-ci, ferme les yeux. Antoine, à la fois plein de reconnaissance et de honte, s'attaque au cou du prêtre. Il le remet dans son lit, et s'en va, sans jamais se retourner...


Voila voila !
C'est pour me faire pardonner d'avoir un peu ralenti la session ... Je suis d'accord pour terminer le scénar après Elric samedi prochain, si bien sur Xav est là et que ça ne dérange pas Krab' de venir pour 1h30 (oui tablons plutôt sur 1h30, même si je vais me calmer maintenant !)
Par forum, ça risque d'être pas top, mais si on pas le choix, tant pis.

Et pourquoi ne peut-on pas enchainer avec le 2ième scénar ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Totoro
Vice-Président
avatar

Nombre de messages : 814
Date d'inscription : 21/05/2005

MessageSujet: Re: [Vampire, la Mascarade] Salvation Chronicle   Lun 4 Jan 2010 - 1:19

Scénario 2 - La Valse des Esthètes

10 ans déjà...

Depuis le terrible "accident" qui leur a coûté la vie, ils se sont peu vus, pris par leur éprouvant entrainement. La formation qu'ils avaient suivi leur avait appris les rudiments de leur nouvelle existence. Libérés par leur père, ils se sont retrouvés, dix ans après.

Le cimetière de Marseille est plongé dans une légère brume en ce début d'année 1556. Guillermo, Urbain, Joachim et Antoine se tiennent respectivement au dessus de la tombe portant leur nom. Si la marque de leur nouvel état est plus ou moins subtile, Guillermo n'a comme prévu pas été épargné. Son visage n'est plus, la chair l'a fui.

Juliette Dulai, Sénéchal de Marseille a demandé à les voir. Elle sait qu'ils veulent se rendre à Paris et veut qu'ils lui rendent un petit service. Apporter à son Sire une statuette de Jean de Bologne, ni plus ni moins. En échange, elle leur prête un coche (et 2 goules) pour leur faciliter le voyage. Les quatre hommes acceptent.

François Villon, Sire de Juliette, est le Sénéchal de Paris, au service de Béatrix, un des deux princes de Paris. Son bureau est situé dans l'Elysium de Paris, au Louvre. Lorsque la petite compagnie arrive, après 12 jours de voyage, Joachim prend les choses en main et demande audience auprès de Dame Beatrix. Si Joachim est plein de confiance dans ce qu'il fait, la catastrophe n'était pas loin.

Beatrix ne reçoit apparemment personne, mais François Villon nous accorde un peu de son temps. La statuette lui est remise, il semble satisfait. Joachim en profite alors pour lui poser des questions au sujet d'Elise. Peu d'informations concluantes, si ce n'est la localisation du refuge Gangrel, une grange rue Saint André.

Suivant les conseils de Juliette, la troupe ne se sépare pas, et se dirigent vers le refuge Gangrel. En chemin, Urbain et Guillermo semble remarquer quelque chose d'étrange. Une ombre suit le coche dans les rues de Paris. L'affaire ne sera pas tiré au clair.

Arrivé devant la grange, Joachim entre, accompagné d'Antoine (qui se fait appeler Victor...). Yvonne, qui a pris Elise sous sa tutelle, accepte de répondre à leurs questions. Mais, elle ne dira pas où est Elise, car elle ne le sait pas. Après 5 ans d'apprentissage, elles se sont quittées un peu au sud de Paris, à Etampes. Depuis, aucunes nouvelles. Joachim est forcément un peu déçu, mais content malgré tout d'avoir eu ces bribes d'informations. La conversation change alors de sujet quand Antoine commence à questionner Yvonne au sujet de Loup Garou. Or, ô surprise, il y en a justement une, dans le refuge Gangrel, Hermine de son prénom. Alors qu'Antoine tente d'engager la conversation, Guillermo intervient et brise tous ses espoirs...

---------------

La trame de la campagne : Quelque part en Transylvanie, des vampires d'origine égyptienne se foutent sur la gueule à cause d'une troisième personne ????


PS: oops, désolé, reflex, j'ai posté au mauvais endroit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Totoro
Vice-Président
avatar

Nombre de messages : 814
Date d'inscription : 21/05/2005

MessageSujet: Re: [Vampire, la Mascarade] Salvation Chronicle   Ven 12 Fév 2010 - 2:49

Bon bon bon, personne ne s'y colle...

Nous avions quitté nos quatre compères devant le refuge gangrel. Le ton hausse légèrement entre Guillermo et Antoine. Guillermo essaye de faire comprendre quelque chose à Antoine, mais le message ne passe pas. La bande décide de continuer la tournée des refuges, en commençant par le Malkavian, à la Sorbonne.

Le lieu est calme, presque glauque. Urbain s'approche de la porte et pénètre le bâtiment. A l'intérieur il fait sombre et pas une ombre ne bouge. Après un petit moment, des pas se font entendre, et semblent s'approcher de l'entrée. Une petite jeune femme se présente alors, et accueille les visiteurs avec bonhomie. Son visage est comme recouvert de maquillage, très blanc et ses yeux sont cerclés d'un noir qui dégouline sur ses joues comme si elle avait pleuré. Marie, la maîtresse des lieux, n'est nulle autre que la primogène. Sans que personne ne lui demande, elle entame une visite guidée, racontant faits historiques et anecdotes relatifs à l'endroit. Urbain la questionne à propos d'un certain Anatole. La rencontre ne sera pas pour cette fois-ci, en attendant il faudra se contenter de son père, Pierre l'imbécile.

Ledit Pierre se trouve dans la bibliothèque où les étagères croulent sous les livres en grec et en latin. Installé à une petite table, il lit tranquillement à la lumière d'une bougie. Il leur apprend qu'Anatole a quitté Paris depuis au moins 30 ans et est parti vers l'est. Mais surtout, il leur remet une page d'un livre qui parle de la Géhenne et qui doit être remis à un certain Beckett (ortho?). Après une conversation intéressante, le quatuor s'en va poursuivre son chemin, direction le refuge Nosferatu, pas loin de ND de Paris.

Outre des rencontres qui procureraient des cauchemars au plus courageux d'entre nous, le primogène Nosferatu, qui n'excelle pas dans la courtoisie se montre très critique envers Antoine. On n'a apparemment guère apprécié ses déclarations devant le Sénéchal. C'est pour cela que des ombres suivaient le groupe. Des vampires Nosferatu surveillant l'énergumène. Guillermo l'avait bien compris, mais ne l'avait sans doute pas assez bien exprimé. La visite s'avère plutôt courte, l'hospitalité étant comparable à celle que le dos d'un hérisson peut offrir à une main inconsciente.

Pour finir, il ne manque plus que le refuge Brujah à la tour Jean sans peur. Alors que le groupe s'en approche, une personne sort violemment, au bord de la crise de nerf. A l'intérieur, les quatre jeunots rencontrent des vampires bien spéciaux, des Anarchs. Très habile à ce petit jeu, Guillermo est à deux doigts de faire perdre les pédales à un Brujah au sang chaud, presque bouillonnant. A l'étage, Joachim se réjouit de pouvoir converser avec le primogène et son père le Baron Anarch. Encore une fois, un échange fort intéressant.

Au final, si les quatre compagnons en ont un peu plus appris sur la société des vampires, ils n'ont eu aucune information sur le fameux Beckett. Ils rentrent alors au refuge Malkavian pour s'y coucher, après que Guy leur ait montré le chemin de la crypte.

Est-ce un rêve, ou une vision ? Toujours est-il que Joachim, Urbain, Guillermo et Antoine se trouvent dans une pièce, sans savoir comment ils sont arrivés là. En face d'eux, un homme encapuchonné, bien mystérieux. Chacun à leur tour, il les regarde et leur pose une question: qu'est-ce qu'un Vampire ? Les réponses diffèrent mais une semble sortir du lot. Antoine serait celui qui s'approche le plus du véritable but de la "vie" du vampire: Golconda ! L'homme leur apprend qu'il fait partie du clan disparu des salubri et qu'il les a convoqué dans cette vision pour les mettre en garde.
Faites bien attention, il y a un danger bien plus important que la mort...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Totoro
Vice-Président
avatar

Nombre de messages : 814
Date d'inscription : 21/05/2005

MessageSujet: Re: [Vampire, la Mascarade] Salvation Chronicle   Sam 27 Fév 2010 - 3:00

Le réveil est difficile. La vision de la nuit (jour) est
encore très présente dans les esprits. Les quatre hommes s’interrogent sur ce qu’ils ont vu/vécu. Il y avait un nom dans l’espèce de crypte qui a servi de décors. Joachim se rappelle avoir lu Saint Martin. Une piste bien maigre, mais toujours bonne à suivre. De toute façon, c’est ça ou rien.


Urbain sèche la première expédition. Il veut s’entretenir
avec Marie, la primogène Malkavian. De leur côté, les trois autres compères ont décidé de se diriger vers le cimetière le plus réputé de Paris, de leur point de vue de provinciaux. C’est le cimetière des innocents. Il ressemble plus à une grosse fosse commune et les rares tombes qui dominent fièrement le lieu feraient moins les malignes devant les mausolées de nos héros.


Bien évidemment à cette heure si tardive, la grille d’entrée
est fermée. Le fossoyeur, intrigué par les visiteurs inattendus, les
questionnent à propos de leurs intentions. Finalement, il les emmène voir son
maître qui habite le manoir juste à côté. Charmant. La baraque est plutôt
lugubre. L’intérieur est sobre mais fait preuve d’un certain style. Une
élégance raffinée. (il est possible que j’exagère, mes souvenirs sont déjà un
peu flous). Leur hôte, un certain Giovanni, les accueille avec courtoisie. Le
soufflet s’est un peu affaissé sur lui-même, et personne n’est surpris lorsqu’il
annonce sa condition vampirique. L’échange qui suit est informatif, mais aucun
mot à propos d’une crypte saint martin. Sauf peut-être à l’église Saint Martin
des Champs.


La troupe regagne la Sorbonne, pour prendre Urbain au
passage. Le bougre s’est recouché dans son cercueil, et il est dérangé en
pleine méditation. Pas plus offusqué que cela, il accepte de chercher la
fameuse église. Alors que le quatuor s’apprête à quitter les lieux, c’est une
Marie très chagrinée qui se présente à eux. A cet instant, les portes de l’école s’ouvrent en grand, laissant entrer quatre (ou cinq ?) individus, bien
déterminés. Trois vampires et une goule, armés. Une femme (il s’agit d’Eglantine, prévôt du Prince) est en tête. Elle déclare alors solennellement, que Guillermo, Antoine, Urbain et Joachim, sont accusés de l’enlèvement du serviteur de Raymond, le primogène Trèmère. Le prince les a convoqué immédiatement et réclame une explication. Stupeur !


L’outrage est à la limite du supportable, les présumés
coupables sont à deux doigts de laisser parler leur fureur. Ils savent
cependant que leurs chances de s’en sortir sont maigres, alors ils retrouvent vite la raison. Leurs armes déposées et laissées à la Sorbonne, ils se mettent en route pour le Louvre. Béatrix, Prince Toreador de Paris, reçoit quatre hommes indignés et qui attendent des explications. Mais est-ce cette prétendue Cléopâtre qui va leur en apporter. Une femme, qu’importe sa beauté, bardée de bijoux et plus maquillée qu’une transsexuelle du bois de Vincennes, avachie dans un canapé : voilà le Prince de Paris… Néanmoins la situation s'éclaircie relativement vite. Elle sait le groupe innocent, mais il faut bien faire régner l’ordre et la justice, et ils sont les coupables idéaux, leur arrivée dans la capitale coïncidant avec la disparition du pauvre serviteur.


Le choix est le suivant, les faux coupables deviennent vrais
coupables, ou alors ils partent à la recherche de l’homme et tentent de se
disculper. Le calcul est vite fait. Première étape, une visite chez Raymond dans son refuge Trémère. La goule qui se charge de recevoir les visiteurs, les guide à travers un labyrinthe de couloirs, de pièces et d’escaliers où même un bon sens de l’orientation ne suffit plus. Raymond accepte des les rencontrer. La conversation ne va pas tourner comme ils l’espéraient. Le bougre s’avère être encore plus têtu qu’une mule et refuse de confier l’enquête à quelqu’un d’autre qu’Eglantine le Prévôt. En réalité l’affaire a l’air d’être bien plus importante qu’un simple enlèvement. Très bien, l’investigation se fera en marge de… en fait rien. De retour au Louvre, Eglantine n’est pas intéressée pour mener une quelconque recherche. François Villon, le sénéchal, n’apporte pas non plus beaucoup d’informations utiles. Il faut décidemment tout faire tout seul ici !


Première piste : faire un tour du côté des hommes de l’ombre
(expression dérangeante pour des créatures qui ne vivent que la nuit…), les
Nosferatu. En attendant que Guillermo recueille des infos, Antoine décide de faire une petite virée dans ND de Paris. Il frappe à la porte de la sacristie, espérant qu’un « prêtre de garde » entendra son appel. Joachim l’accompagne mais n’est pas autorisé à entrer avec son attirail de guerrier sauvage. Antoine ne cache pas vouloir se confier au prêtre, et parler.


Quand il ressort de l’endroit, Guillermo est également de
retour. Le serviteur aurait apparemment était vu pour la dernière fois dans un quartier au nord est de paris. Banco ! De plus, c’est également le coin où se trouve l’église Saint Martin des Champs. Coïncidence ? Il n’y a qu’une
chose à faire pour en avoir le cœur net, se rendre sur place.


L’église est, sans surprise, fermée et la nonne à l’entrée n’a
pas l’intention de nous accorder l’asile à une heure pareille. Que faire quand on ne peut pas entrer par la porte principale d’une église ? C’est facile, on l’escalade pour entrer par le clocher. Ce que s’empresse de faire Joachim. Mais alors qu’il trouve difficilement ses prises, quelque chose attire son attention dans le coin de son œil. Ses pieds dérapent et il tombe dans un grand fracas sur le pavé. Une ombre se déplace dans la ruelle. Quelqu’un l’épiait ! Il se précipite à sa poursuite. Une femme, presque une jeune fille, qui contraste avec Beatrix, par la pauvreté de son accoutrement.


Le monde est petit, c’est une vampire ! Qui plus d’un
clan pourtant disparu, les Cappadociens. Après quelques échanges verbaux, elle démontre que ses intentions ne sont pas mauvaises. Elle invite toute la compagnie dans sa petite chambrine. Elle a été envoyée pour surveiller l’activité de certains vampires. (euh, il faudrait quelques précisions ici, parce que je n’étais plus tout à fait frais, alors je ne me rappelle plus exactement qui ils sont…). Un groupuscule de Tremeres indépendants appartenant au culte de l'OEil du Serpent.
Toujours est-il que ces vampires sont apparemment les véritables coupables de l’enlèvement.
Qui a dit Baston ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Vampire, la Mascarade] Salvation Chronicle   Dim 14 Mar 2010 - 23:55

Margaret Vasa, la jeune vampire de 11ème génération, nous indique le repère de ce culte Tremere allié aux fameux disciples de Seth après nous avoir acceuilli dans sa chambre de bonne, et nous demande de le réduire à néant sans son aide. Il se situerait de l'autre côté de la rue du temple, à quelques centaines de mètres dans un couvent.

Le groupuscule se composerait de quatre vampires et de deux goules.
Leur "chef" pourrait se nomme Elmekin.

Après quelques reflexions sur le pourquoi et le comment de l'assaut futur, Antoine, Joachim, Guillermo et Urbain se décident enfin à passer à l'attaque. Joachim nous démontre à cette occasion ses talents certains en saut, et Guillermo sa maîtrise de la Domination...
Alors que la bonne soeur sous l'emprise de ce-dernier nous fait pénétrer dans le Maisonnée des vierges du Seigneur, un vampire apparait au fond de la seconde pièce. Il s'arrête à plusieurs mètres du groupe, et là, par un maléfice dont seul les Sethites ont le secret, l'individu se change en serpent humain.
Inutile de préciser que plusieurs de ses sbires le suivent, à l'aspect bien plus "naturel"...

Ils chargent, toutes lames tirées. Antoine prononce alors quelques mots (enfin je crois...), faisant prendre aux ombres entourant l'ennemi l'apparance de visages malicieux. Cela suffit à tétaniser de terreur l'un des assaillants, qui lâche maladroitement son arme.
Les quatres vampires recherchant Phillipe découvrent vite les puissantes disciplines Tremeres (la mise à feu des vêtements, la lévitation).
Mais ils réussissent néanmoins à venir à bout des adversaires.

Il est à noter que deux personnages sont apparus durant l'affrontement.
Il s'agit d'Elmekin lui-même et d'une ravissante jeune femme, d'une beauté inouïe, que certains d'entre nous croient reconnaître.
Elmekin nous somme de cesser le combat sur le champ. C'est le moment que choisit Guillermo pour décapiter le vampire-serpent en train de ramper au sol (celui-ci s'appelait Jean-Baptiste de Montrond)! Le dirigeant du culte Tremere commence alors sa danse de flamme en punition. Le résultat? Joachim et Guillermo entrent à tour de rôle dans un état incontrôlable de fureur, dû en partie à leur instinct de survie. Ils reprennent assez vite leurs esprits. Les combats cessent.

(Là je ne souviens déjà plus très bien, désolé...)
Après quelques brèves paroles échangées concernant la restitution de la goule de Raymond, une chose très étrange se produit.
La femme, qui se révèle être Kemintiri avait observé les combats dans une attitude calme. Soudain, elle dit d'une voix troublée: "Vous l'avez vu. Je le vois. Vous l'avez vu!"
Elle embroche alors Elmekin de son bras nu, empoignant son coeur à travers son corps transpercé. Celui-ci disparait en fumée...

Un combat s'engage entre Kemintiri et les vampires précédemment victorieux. Il se solde vite par un échec pour le moins cuisant pour eux.
La Torpeur les prend dans ses bras...

Les quatre individus sont tirés de leur sommeil par une voix: "Bois mon sang..."
Ils sont dans ce qu'on pourrait appeler une orgie vampirique.
Les corps se mêlent, quel que soit le sexe, le sang coule à flot, la violence est maîtresse des lieux. Chacun boit à son tour le sang de la magnifique Kemintiri. Ils ne peuvent plus revenir en arrière.
C'est à nouveau le noir complet...

Le réveil s'effectue cette fois dans de vrais cerceuils, et dans une cave.
La subjugante Kemintiri est là, fascinante.
L'orgie et l'extase étaient-ils des rêves?
La question est laissée en suspens. La vampire de 4ème génération apprend aux compagnons qu'elle est originaire d'Egypte. Elle est bien évidemment Disciple de Seth, mais elle se moque relativement de son clan.

Ce qui est sûr, c'est qu'elle est courant que la compagnie sait où se trouve Esculape, l'un des derniers Salubri, le vampire qui leur est apparu dans un rêve. Certains essayent de nier, voir de quitter les lieues...mais c'est peine perdue. Urbain, comprenant que les quatre vampires sont liés par le sang à la perfide Kemintiri (petite explication: 1ère nuit=combat; 2ème nuit= orgie qui n'étais pas un rêve; 3ème nuit=réveil définitif. (en réalité nan, vous vous êtes réveillés le lendemain de votre bagarre... apparamment, Kemintiri n'a pas eu besoin de donner trois fois son Sang à trois nuits différentes) De plus Antoine, Guillermo, Joachim, et Urbain ont tous bu la Vitae de l'Egyptienne. Et sa discipline de Domination est bien trop puissante pour en être une..) lâche tout, monnayant...du vent! De toute façon, la belle avait toutes les cartes en main... Elle promet néanmoins de ne pas faire de mal au Salubri, puisqu'il posséderait le secret de la vie éternelle sans la malédiction vampirique.

C'est donc résigné qu'il la mène à l'Eglise Saint-Martin, à quelques centaines de mètres d'ici. Mais d'abord, une petite visite à Margaret, pour lui annoncer la mort d'Elmekin et la fin du culte dans Paris. D'ailleurs, le petit sourire de Kemintiri à son égard était intriguant...

Guillermo prévoit un plan B qui échoue puisqu'il n'arrive finalement, sous le pouvoir de Kemintiri, qu'à prononcer le mot "aide" devant la jeune vampire.

Arrivé à la Maison de Dieu, la Sethite n'a aucun mal à dominer la soeur gardant le batîment afin qu'elle ouvre au groupe la porte.
Celle-ci les mène alors à la crypte du rêve.

Là repose derrière une stèle funéraire où il est inscrit "Saint-Martin" Esculape, immaculé. Il met en garde la disciple de Seth: "Kemntiri, tu ne peux échapper au jugement de Caïn."
Mais celle-ci, ayant annoncé au groupe qu'elle avait menti, ne prend pas compte de la remarque et diabolise (Diablerise... ou commet la Diablerie) le vampire.

Elle avoue alors à ses quatre amants l'évidence du lien du sang qui les unis à elle désormais, et le fait qu'elle est maintenant proche du sort de vie éternelle.

Kemintiri termine ses propos en annonçant: "Adieu mes chéris. Nous nous reverrons bien assez tôt."

Elle disparait(?), quittant Paris.

Les compagnons récuperent alors Phillipe, qu'ils remettent à Raymond.
L'honneur (puisque c'est à cela que tenait apparament au moins la moitié du groupe) est sauf.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Vampire, la Mascarade] Salvation Chronicle   Sam 24 Avr 2010 - 13:12

Prélude - Tempête de Sable

12 septembre 1683...

Le Danube s'écoule doucement dans Vienne, capitale du Saint Empire Germanique, coeur de l'Autriche des Habsbourg.
Pour la première fois depuis longtemps, la nuit est silencieuse, absente du fracas des canons des forces de l'empire Ottoman, dirigées par le sultan Soliman, dit le Magnifique.
Désormais, ses troupes en déroute après un siège éprouvant sont pourchassées par les armées autrichiennes...

Six lestes assassins escaladent l'imposante muraille de la cité, tout de noir vêtus. Ils s'introduisent discrètement dans un palais. Non moins subtilement, ils viennent rapidement à bout des quelques gardes autrichiens sur leur chemin, et devant un porte. Une femme, arborant un voil de dentelle, se détache du petit groupe, et s'avance tranquillement vers la porte. Elle ouvre...tout le commité entre.

C'est un bureau luxueux qui s'offre aux assassins, magnifique.
Un homme tourne le dos aux intrus. Il semble méditer.

Alors que la jeune femme pensait surprendre le Prince Lotharius par son audacieuse action, celui-ci déclare sans même se retourner qu'il est déjà trop tard. Il annonce que les armées ottomanes sont d'ores et déjà en fuite, et avec eux les Assamites...que la Camarilla sort vainqueur de ce conflit.

La jeune Fatima Al Faqadi tente de protester, de se persuader que tout n'est pas perdu puisqu'elle va le tuer, mais c'est peine perdue.
En effet, le Prince de Vienne claque des doigts, et à ce moment précis entrent dans la salle de nombreux gardes autrichiens qui saisissent le groupe d'assassins.

"Les Trémères ont encore de beaux jours devant eux dans cette ville."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Vampire, la Mascarade] Salvation Chronicle   Sam 24 Avr 2010 - 13:42

Scénario 3 - De Griffes et d'Acier

10 mars 1704...

Nous sommes loin des gigantesques évènements qui se déroulent en Europe.
Sur la proue de l'Athénaïs se tiennent, mélancoliques peut être de leur vie de mortel, Guillermo, Joachim de Campignolle (vêtu sur le modèle Ecossais), Antoine de Pontaillac (qui se fait désormais parfois appelé Dragomir Caristeau), et Urbain de Bazillac (qui a revêtu la traditionnelle toge manastique).

Les quatre compagnons sont en compagnie d'une paire de Gangrels.
Il s'agit de Xaviar et d'Yvonne, qui n'est autre que la vampire qui a pris pour disciple Elise de Campignolle à Paris.

Car c'est bien pour la "femme" de Joachim que le petit groupe s'est embarqué dans cette traversée de l'Atlantique.
Xaviar a en effet appris du Prince Enguerrand de Nantes (Ventrue) qu'Elise aurait entreprit de rejoindre Boston (Nouvelle-Angleterre) il y a de cela 30 ans.
C'est d'ailleurs le prince qui s'est occupé des questions pratiques de leur voyage vers le Nouveau Monde.
Bien entendu, ce ne sont pas uniquement les beaux yeux d'Elise qui ont persuadé tout ce beau monde de s'embarquer pour cette dangeureuse expédition...chacun y va de ses raisons personnelles... ou pas!

Le bateau de marchandise (qui bat pavillon français), est armé par 26 marins français, dont le capitaine (Jules Carion), son second, et un abbé.

Les individus savent le Nouveau Monde très peu peuplé par les vampires.

Xaviar évoque d'ailleurs que c'est l'une des raisons de son voyage: la Camarilla aux Amériques.
Il explique que le Justicar gangrel, Elijah, aurait cesser de donner des nouvelles à son clan depuis environ 1 an.
Or, un concil doit avoir lieu à Boston le dimanche 24 mai 1704: Durant ce conclave, le sort du Continent découvert 3 siècles plus tôt par Christophe Colomb se jouera en ce qui concerne les Caïnites.
Inutile de préciser qu' Elijah devrait représenter les Gangrels à ce conseil.
Xaviar a donc été envoyé afin de découvrir ce qu'il est advenu de lui...

De plus, Elise étant une gangrel, le Justicar de ce clan doit certainement être le mieux renseigné sur sa présence actuelle sur le Nouveau Monde.

Le Prince de Boston Henry Hightower, un Ventrue, a élu domicile au "Old State house".

En ce qui concerne les problèmes humains de la ville, il est à noter que les "quakers" (Eglise dissidente de l'Eglise Anglicane) sont traqués.

Xaviar, Yvonne, Dragomir, Joachim, Guillermo et Urbain arrivent donc le dimanche 10 mai de l'an de grâce 1704 au port de la sale (et vieillote...) cité de Boston, après 80 jours de calme traversée.

Ils se rendent immédiatement, comme le veut la tradition, au Old State House afin de se présenter à Henry Hightower. Celui-ci n'est pas seul dans son bureau quand le groupe entre, puisqu'il est assisté de son préfet.
Le caïnite dit ne pas connaitre Elise, et révèle également qu'Elijah (qui vivait depuis environ 2 ans dans une plantation au Sud-Ouest de la ville portuaire) ne donne plus signe de non-vie depuis maintenant une année. Etrange...
De plus, le Ventrue annonce qu'il n'y a que...5 vampires dans l'urbanisation!
Il avertit tout de suite les vampires nouveau-venus des règles en vigueur dans SA cité:
-INTERDICTION de ce nourrir sur les humains, hormis les prostitués et les ivrognes;
-INTERDICTION de s'approcher de près ou de loin des Brujas de la ville, qui sont apparament indisciplinés;
-Ils doivent quitter la ville dés le conclave terminé, ou en tout cas se représenter à lui.

Il y a donc dans la ville:
-Une Toréador (qui demeure à la King's Chappelle);
-2 Brujas;
-2 Ventrue (Henry et son prefet).

Le groupe se rend à la Chappelle, où il n'y a pas trace de la Toréador...mais par contre il y a une patrouille de nuit!

Après avoir pris une chambre dans une auberge gratuitement (tenancier dominé oblige...), les 6 individus prennent la décision de rejoindre la plantation d'Elijah.

Il s'agit d'une demeure avec cave, rez-de-chaussée, et deux étages, entourée de cultures à l'abandon. Celle-ci pourrait acceuillir au moins 10 personnes aisément logées.

Le spectacle peut commencer...

Dans la maison, les tambours jouent sans se montrer, les pas se multiplient, les miroirs renvoient d'étranges et inquiétantes images avant d'être brisés par les étrangers, les portent volent en éclat (c'est une réponse de Xaviar à la folie qui règne!), le pistolet de Joachim tonne sur des ombres insaisissables, qui se défenestrent...mais qui saignent!
Tout cela créé une confusion démentielle!
Cependant, dans la folie de la situation, Antoine découvre un texte écrit en anglais, racontant les deux derniers jours d'Elijah dans sa propriété...ils sont pour le moins funestes.
C'est grâce à se morceau de papier que le groupe de vampires découvre dans la cave la quinzaine d'esclaves noirs de la maisonnée, atrocement mutilés, et laissés là sans sépultures...c'est également dans ce sous-sol que reposait le justicar gangrel, qui s'en est allé "parmi les gangrels algonquiens".

Tout cela plonge les compagnons d'infortune dans le doute.

Où dormir?
Certains choisissent l'auberge (Antoine, Joachim, Urbain et Guillermo il me semble), alors que d'autres se servent de leurs capacités pour s'enterrer (Yvonne et Xaviar).

Rendez-vous est pris pour le lendemain à 21h00 devant le Old State House...
Revenir en haut Aller en bas
Totoro
Vice-Président
avatar

Nombre de messages : 814
Date d'inscription : 21/05/2005

MessageSujet: Re: [Vampire, la Mascarade] Salvation Chronicle   Mer 16 Juin 2010 - 1:35

21H, devant la King's Chapel, le petit groupe est au rendez-vous pour tenter une nouvelle fois d'entrer en contact avec la Toréador de Boston. Peut-être pourra-t-elle nous aider. Cependant, les nuits se suivent et se ressemblent, personne ne répond.

Enfin, elles ne se ressemblent pas tant que cela. Alors que la troupe décide de se rendre au Old State House pour un nouvel entretien avec la prince Henry Hightower, et un compte rendu sur l'exploration de la vieille ferme abandonnée, celui-ci surprend son monde en acceptant d'aider les visiteurs dans leur quête. En effet, ils lui ont fait part de leur idée de se déplacer plus à l'intérieur des terres, afin de rencontrer des tribus indiennes. Les Algonquins et leurs vampires gangrels qu'Elijah serait aller rejoindre après sa folie meurtrière. Hightower, pleins d'une bonté surabondante, propose alors de prêter une diligence pour les déplacements et surtout pour les phases de jour. Grand bien lui soit fait. Il entend néanmoins qu'en gage de remerciement, au conclave, son aide précieuse et salvatrice, soit mentionnée.

Les 6 vampires peuvent alors partir vers l'ouest. Après quelques temps de route, des cavaliers se présentent à eux. Apparemment ce sont des indiens (de la tribu des Abénaquis) et apparemment deux d'entre eux sont des vampires. La situation leur est expliquée. Ils connaissent Elijah, ils le connaissent bien même. Et le trouver ne risque pas d'être aisé. Plus encore, le ramener à la raison devrait s'avérer extrêmement complexe. Pour l'instant, ils acceptent de nous guider dans sa direction, un peu plus au nord.

Nous traversons de grandes plaines et des terrains où l'emprise de l'homme moderne est inexistante. Si cela ne fait ni chaud ni froid à certains, Dragomir, alias Antoine de Pontaillac, trouve dans ces moments de poésie de quoi reposer l'infâme créature qui rôde aux tréfonds de son âme.

Les indiens nous quittent à l'orée d'une forêt sans oublier de nous mettre en garde contre notre second Némésis après le soleil: les loups garou ! Nous sommes obligés de laisser la carriole et de procéder à pieds. Après une demi heure de progression, nous tombons nez à nez avec deux de ces fameux lupins. S'engage alors un combat d'une violence inouïe. Ce sont de biens redoutables adversaires, nous étions prévenu. Heureusement, notre supériorité numérique nous donne un avantage certain et nous permet de stopper les assaillants. Toutefois, durant la lutte, Joachim a basculé dans un léger coma. Quelques instants plus tard, deux hommes blessés viennent à notre rencontre.

Après une petite discussion, nous arrivons à les convaincre que nous ne souhaitons pas engager les hostilités. Eux aussi ont entendu parler d'Elijah. Ils nous conduisent alors à la tribu indienne que ceux d'avant nous avaient indiqué. Et, Ô surprise ! Élise est là, juste sous nos yeux !

Elle a quitté la France peu de temps avant notre arrivée à Paris. Elle est notamment partie dans les pays scandinaves où elle a fait la rencontre de Brunhilde une gangrel. Elles sont ensuite parties pour le nouveau monde. Elles sont avec cette tribu depuis une trentaine d'années. Nous leur expliquons le but de notre venue. Nous leur faisons part du conclave et de ses enjeux. Mais cela ne les intéresse pas. Elles ne sont plus rattachées à la Camarilla. Et Élise n'a aucune intention de bouger d'ici...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
torn
Trésorier
avatar

Nombre de messages : 3834
Date d'inscription : 21/05/2005

MessageSujet: Re: [Vampire, la Mascarade] Salvation Chronicle   Dim 27 Juin 2010 - 14:44

Réveil difficile pour certains après les combats de la veille. Le petit groupe se lance dans une discussion longue et mouvementée durant laquelle Xaviar tente de comprendre la raison de la venue de chacun en Amérique et nos intentions vis à vis d'Elise.

On retourne tous voir le peuple dans lequel c'est réfugié Elise et son amie Brunhilde. Joachim prend le temps d'une discussion avec elise, assez courte en comparaison au temps passé éloigner de son ancienne femme. S'ensuit ensuite un rituel étrange durant lequel le chaman du clan indien soigne Antoine et Joachim avec des herbes et des chants avec un résultat des plus remarquable.

Antoine, Urbain, Guillermo, Joachim et Xaviar suivent la chauve-souris en direction de la grotte ou a été repoussé Elijah. Après 4h de marche et des présentations succinctes on s'engage dans la grotte. On y retrouve donc Elijah complètement transformé en bête, plus rien d'humain et même très peu de vampire. S'engage alors un combat d'une violence inouïe durant lequel on découvre qu'il est très difficile de blesser cette bête, qui s'acharne sur Antoine qui le gêne avec ses tentacules et sur Joachim qui est passé à 2 doigts de la mort. la lutte dure en longueur, les blessures augmente surtout pour notre petit groupe jusqu'à ce qu'heureusement Xaviar tente de maîtriser au corps à corps Elijah et tombe dans le court d'eau puissant au fond de la grotte entrainant avec lui le Gangrel possédé par la bête. Ils disparaissent rapidement dans le court d'eau.

Ni une ni deux Guillermo plonge à leur suite espérant rattraper Xaviar. Tandis qu'Urbain et Antoine récupèrent le corps de Joachim et retourne au coche pour rechercher de l'extérieur la sortie de la rivière souterraine. Ils se retrouvent tous les 3 au bord d'un lac à l'eau bien froide, mais aucune trace des deux noyés. Après de rapides recherches ils dorment sur place.

Nouveau réveil encore très difficile pour les deux mêmes, Joachim se réveille avec la partie avant de son bras droit complètement arrachée, et Antoine est aussi très mal en point. Nouvelles heures de recherches infructueuses, ils décident de retourner voir Elise et les indiens pour leur demander de l'aide et des soins.

Une bonne semaine plus tard après du repos des soins et des recherches toujours inutiles car on a toujours pas retrouver les deux Gangrels. Le groupe accompagné d'Yvonne, d'Elise et de Brundhile décident de retourner à Boston pour assister au Conclave.

Le conclave est un moment intense pour les 4 vampires car ils assistent à une réunion des plus importantes de la Camarilla car l'avenir du nouveau monde va s'y jouer. De plus la présence de nombreuses personnalités égaye la réunion, notamment un certain Rafael de Corazon, Inner Circle Toreador et plusieurs justicars. Après quelques minutes de présentation et juste après qu'on soit pris à partit pour savoir la raison de l'absence du justicar Gangrel, les portes s'ouvrent avec fracas et la hooo choc, Xaviar rentre dans des habits en loque tenant à la main la tête mi-homme mi-bête d'Elijah qu'il jette négligemment sur la table. On explique ensuite ce qu'il s'est passé, et on reçoit les félicitations du gars du cercle intérieur qui promu Xaviar au rang d'Archonte et nous propose des postes alléchants comme un poste de prince dans une future ville du nouveau monde.
On apprend notamment que ce conclave n'est qu'une formalité et que le sort de nouveau monde été déjà scellé pour eux ce qui fait jubiler notre ami Guillermo qui soutenait se point de vue depuis le début. Elise et Brundhile partent en claquant la porte énervées que leurs réclamations ne soient pas prises au sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
torn
Trésorier
avatar

Nombre de messages : 3834
Date d'inscription : 21/05/2005

MessageSujet: Re: [Vampire, la Mascarade] Salvation Chronicle   Dim 24 Oct 2010 - 17:21

Prélude – La Chevauchée des Walkyries

1940.

Sous une pluie maussade une voiture roule à vive allure dans Berlin. Elle s’arrête devant un grand bâtiment à la façade constituée de quatre grandes colonnes carrée avec, au dessus, comme seule décoration austère une gravure d’un grand aigle tournant la tête à droite surplombant fièrement la croix gammée.

Gustave Breidenstein descend de la voiture, et après avoir présenté ses papiers aux deux gardes de l’entrée, s’engage dans la chancellerie du 3ème Reich. Après avoir traversé la cour d’honneur, parcouru quelques couloirs il rentre dans une pièce ou est organisé un bal où la fine fleure du gouvernement allemand profite des plus belles filles de Berlin, de la musique raffinée et du meilleur vin rapporté de France. L’homme parcourt du regard les invités, et déçu, repart sans s’attarder.

Après avoir retraversé une partie de la chancellerie il descend dans le Führerbunker gardé par deux gardes. « Heil Hitler », bref salut des gardes qui ont l’air de connaître l’homme et qui lui ouvre la porte. En descendant les marches pour se rentre au bunker sous terrain il croise Willem Walburg, son infant.

Les deux hommes prennent le temps d’une discussion durant laquelle Gustave, inquiet, demande Willem ce qu’il a fait au Führer, et Willem lui explique alors qu’il a convaincu Hitler de mener un deuxième front en partant à l’est à la conquête de la Russie en précisant qu’il n’a pas eu besoin de la dominer pour le convaincre car de toute façon Adolf est un homme tellement dérangé qu’il est impossible de le dominer.

Gustave se presse donc de rejoindre le Führer dans son bureau pour tenter de le convaincre, en vain, que tenir deux fronts en même temps mènera l’Allemagne à sa perte.

Willem retourne à sa voiture et s’apprêtant à démarrer, remarque une hombre dans son rétroviseur. Un Nosferatu s’approche de la voiture :
-« alors Willem ? »
-« Le 3ème Reich est d’ores et déjà vaincu »
Sourire immonde du nosferatu.



Dernière édition par torn le Dim 24 Oct 2010 - 18:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
torn
Trésorier
avatar

Nombre de messages : 3834
Date d'inscription : 21/05/2005

MessageSujet: Re: [Vampire, la Mascarade] Salvation Chronicle   Dim 24 Oct 2010 - 18:19

Prélude – Hasta Siempre

1967.

Dans la tristement célèbre prison de La Higuera en Bolivie. Deux gardiens marchent négligemment dans les couloirs, passant devant les cellules en se racontant des blagues, ils tournent dans un autre couloir.

De derrière une porte sort un personnage atypique une grosse barbe noir et les cheveux longs mal peignés. Jack s’engage dans le couloir une petit boite en bois sous le bras et s’arrête devant une cellule avec un prisonnier qui écrit dans un carnet.
Après de rapide présentation au Che il entre dans sa cellule en écartant, avec une force surhumaine deux barreaux de la cellule. Il essaye de motiver le Che pour qu'il s’évade avec lui et ainsi continuer sa révolution, mais Ernesto lui répond qu’il a déjà fait ce qu’il avait à faire, qu’étant blessé il préfère accepter sa condition fièrement.

Jack offre donc tristement au Che son petit coffret contenant des cigares de la Havane. Le Che en souriant convainc Jack de fumer avec lui et de sourire.

C’est depuis ce jour que l’Anarch le plus connu au monde, leader de la révolution Anarch de Califonrie, fume le cigare et se fait surnommer « Smiling Jack ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
torn
Trésorier
avatar

Nombre de messages : 3834
Date d'inscription : 21/05/2005

MessageSujet: Re: [Vampire, la Mascarade] Salvation Chronicle   Lun 25 Oct 2010 - 0:58

Scénario 4 - Du Sang aux Cendres

13 Mars 1990.

Rockford Petite ville de l’Illinois à 200km de Chicago, minuit, une corvette noire roule à fond en traversant une forêt. La voiture ralentit et s’arrête devant le Radisson hôtel, un homme sort de la voiture les cheveux longs flottants au vent au dessus de son long manteau noir (gwendolos si tu veux rajouter des détails sur ta description fait le dans la partie débriefing et je l’ajouterais… je ne voulais pas la saloper !). L’homme confit ses clés au voiturier et entre dans le luxueux hôtel.

Il s’arrête devant l’accueil prévient qu’il a rendez vous et après un bref regard autour de lui il se dirige vers un autre homme assit négligemment dans un fauteuil du bar. Un homme qui se démarque très clairement de la clientèle habituelle, habillé avec un jean levis bleu clair plutôt usé et troué aux genoux, un manteau de cuir au signe Harley Davison recouvert d’un gros signe anarchiste retourné tagué à la bombe rouge orne son dos et recouvre un marcel blanc moulant laissant devinez une forte musculature. L’homme bien qu’assis laisse devinez une grande taille, il a une grosse barbe et moustache noire bien fournie et une touffe de cheveux noirs bouclés.

Les deux hommes se toisent et se reconnaissent immédiatement, Antoine de Pontaillac et Joachim de Campignolle, et bien que ça fait près de 300 ans qu’ils ne se sont pas vus aucuns des deux n’a l’air surpris de rencontrer l’autre.

Après de brèves retrouvailles Antoine s’interroge sur l’absence de deux autres personnes, interrogation à laquelle Joachim répond d’un air amusé que Guillermo de Suizza comme à son habitude ne doit pas être loin et qu’Urbain de Bazillac doit être en retard. A ce moment un homme lisant un journal apparait sur un fauteuil juste à côté :

il sort un lettre au doux parfum de sa poche et la pose sur la table, "Je suppose que vous avez vous aussi reçu cette lettre de Kemintiri". Bien sur les trois gaillards sont là pour la même raison, rencontrer leur amour (forcé) suite à l'invitation qu'ils ont reçu.

Antoine s'allume une cigarette, et Guillermo entame la discussion rituelle après tant d'années passées éloignés : nos occupations durant ces 300 dernières années. On apprend entre autres que Joachim est devenu Baron de Sacramento, qu'Antoine a comme à son habitude beaucoup bourlingué, et a notamment aidé la camarilla à New-York pour démanteler un groupe du Sabbat et à renoué contact avec son Sir : Lucita, et finalement que Guillermo a passé beaucoup de temps à voyager pour remplir des mission pour la Camarilla, et qu'il adore les nouveaux moyen de communications et tous les médias qui vont avec et affirme que ces nouveautés offrent des possibilités infinies.
C'est alors qu'une femme habillée en personnel de l'hôtel met fin à cette discussion en nous prévenant qu'un certaine Kemintiri nous attend dans la suite 816. fébriles nous la laissons nous guider jusqu'à cette femme qui hante très souvent nos nuits. Ce lien du sang qui s’était estompé avec le temps est revenu à la charge avec tous les sentiments contradictoires qu’il implique.

Elle est toujours aussi belle, et aussi fourbe. On comprend vite qu’elle nous a réunis car elle à besoin de nous : depuis qu’elle est entrée dans la Liste Rouge elle est moins libre d’agir comme bon lui semble et elle recherche un certain Valerius Maior, Tremere antitribu arrivé il y a pas longtemps à Chicago où il s’est allié avec un groupe du Sabbat. Ce tremere aurait en sa possession un précieux rituel thaumaturgique qui permettrait de mettre au point une potion de vitalité pour vivre immortel. (la je sais plus si le sort permet de faire la potion ou si c’est deux choses différentes…En fait, vous ne savez pas trop, Kemintiri est restée assez vague à ce sujet)

Elle nous dévoile quand même un peu son histoire : Kemintiri était une prêtresse d’Isis il y a plus de 3000 ans en Egypte. Elle et d’autres acolytes du temple avaient mis au point un soir d’immortalité, mais juste avant qu’ils aient eu le temps de l’accomplir elle a été étreinte et elle a perdu tous ses anciens pouvoirs. Elle attendra de nos nouvelles dans son refuge situé au 253 Well Street.

Notre mission est donc de nous rendre à Chicago pour infiltrer la société vampirique et se faire bien voir au près du prince pour avoir finalement des informations sur ce petit groupe du Sabbat. Ce qui nous permettrait de rencontrer Valerius et de lui demander de rencontrer Kemintiri. Elle nous informe de la présence secrète de deux Kuei Jin en ville, information qui pourrait nous servir pour gagner la confiance du prince en lui ramenant leurs têtes.
Après une journée passée à l’hôtel, nous nous rendons à Chicago.

Après avoir mis au point une stratégie d’approche basée sur la disparition d’Urbain, nous nous rendons au Sears tower rencontré le prince Lodin, où Natasha sa goule nous indiquera son étage. Il nous reçoit aimablement dans son bureau situé au dernier étage de la plus grande tour du monde. Grace à notre mytho : nous venons chercher des informations sur Urbain, notre ami de longue date qui a été étreint le même jour et au même endroit que nous, qui nous à posé dernièrement de nombreux lapins à nos rendez-vous occasionnels et nous a envoyé une lettre, ou fait envoyé une lettre, en 1987 de Chicago, le prince nous accepte dans sa ville. La disparition d’Urbain ne sera pas vaine.

Il nous indique le bureau de son sénéchal pour qu’on commence nos recherches après nous avoir énuméré ses 5 règles personnelles appliquées dans Chicago :
• Ne pas laisser de traces de nos meurtres ou de nos festins
• Ne pas causer de tord aux touristes (business)
• Ne pas avoir de rapports avec les gens de la presse ni de la police
• Respecter les Elyseums et leurs règles
• Ne pas faire de commerce avec ses ennemis.

Au moment de sortir nous rencontrons le chérif de Chicago, Balthazar l’infant de Lodin (il me semble : en fait, il ne vous a rien dit à son sujet).

Nous nous rendons en suite à l’étage d’en dessous dans le bureau d’un autre infant de Lodin : Neally Edwards le sénéchal. Son bureau est rempli de mortels qui s’activent dans tous les sens : travail administratif à ce qu’il paraît… il prend quand même le temps de nous recevoir pour nous parler des différents endroits important de Chicago pour la communauté vampirique, qui est environ de plus de 70 vampires, et nous présente Damien le jeune ado près pubère vampire avec qui il discutait. Damien se fait une joie de nous proposer du temps pour nous faire visiter quelques endroits et répondre à nos questions, mais il nous prévient quand même qu’il fricote plus avec les Anarchs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Totoro
Vice-Président
avatar

Nombre de messages : 814
Date d'inscription : 21/05/2005

MessageSujet: Re: [Vampire, la Mascarade] Salvation Chronicle   Lun 8 Nov 2010 - 3:14

Guillermo, Joachim, Antoine et Damien quittent le bureau d'Edwards, prennent l'ascenseur et sortent de la Sears Tower. Les trois vieux amis échangent quelques mots avec leur jeune guide tout fraichement proposé. Ce dernier s'avère fort bavard et légèrement insolent vu la façon dont il s'adresse à trois anciens. Mais cela ne lui fait ni chaud ni froid et il se sent sur un réel pied d'égalité face à ces vieux briscards. Ils apprennent néanmoins qu'en plus d'avoir l'apparence d'un morveux de 15 ans grand maximum, il a tout aussi l'air d'être ado vampirique. Et les ados, on les connait, ils ont une grande gueule...

La troupe décide de se rendre au Succubus Club, dans le nord de Chicago. Une boîte réputée que fréquentent un bon nombre de vampires. Ainsi, il n'est pas rare d'en voir quelques uns trainer sous les spot-lights, voire tout un fourgon. Il est à préciser que le gérant, Brennon est lui même un vampire. L'objet de la visite est double. Découvrir Chicago mais aussi chercher ce pauvre Urbain qui n'a pas donné signe de non-vie.

Le Succubus club est un imposant bâtiment d'au moins trois étages. Damien connait bien l'endroit, c'est un habitué qui fera rentrer sans problème les touristes vampires à la recherche de leur copain perdu. Ils n'auraient probablement de toute façon pas fait la queue pour entrer, vu sa longueur et sa population pour le moins hétéroclite. Damien check les videurs et c'est parti. Le "calme" des rues est remplacé par les mégadécibels d'une musique de sauvage qui sied parfaitement le lieu, les cris de la foule amassée, presque entassée sur le dancefloor et autour des bars, et les projecteurs aveuglants qui ne lésinent pas sur la stroboscopie. Impossible dans ces conditions de distinguer qui que ce soit, ou même de communiquer normalement. Heureusement, le jeunot a accès aux quartiers VIP de la boîte et c'est la qu'ils se dirigent.

A l'étage supérieur, la foule est un peu plus disparate, mais la musique toujours aussi présente et finalement ces VIP n'ont pas l'air si very important que ça. L'étage encore au dessus donne plus de satisfaction aux visiteurs. Une vampire est assise au comptoir, à boire seule son verre de rouge. Damien la reconnait et nous la présente. Sharon Forrest est une toréador qui met en garde les nouveaux venus contre certains vampires de la région qui serait de véritable salopard, notamment un certain Michael Payne. A ce moment là, le DJ arrête ses platines pour laisser la place à un live. Petite surprise car la chanteuse est une vampire, un certaine Delilah Monroe. La véritable surprise est que c'est une Daughter of Cacophony, une des nouvelles lignées, et une vision plutôt rare.

Tout ça c'est bien gentil, mais Tony, Joa et Yermo ne veulent pas se contenter de ça: c'est la patron ou rien. Damien ne promet rien mais tente le coup auprès des molosses persos de Brennon. Coup de chance, il est dispo ! Le groupe lui rend une petite visite de courtoisie, non sans avoir laissé leur attirail offensif avant. L'entretien prend une tournure de discussion mondaine rapidement et les échangent ne durent guère longtemps. Damien s'en étonne quelque peu. Il se doute de quelque chose...

En partant, ils croisent Monroe, accompagnée de Vicky, une caitiff, venues voir le boss. Il reste un étage à découvrir, le sous-sol aussi appelé Labyrinthe. Mais avant cela, Damien aimerait bien trouvé son pote bassiste Ray Falcon, qui se trouverait dans les parages. Mais c'est un malkavian alors forcément c'est pas simple. Aucun signe de lui, ils descendent au labyrinthe. C'est alors que les quatre compères sont témoins d'une scène cocasse. Un vampire est déguisé en Dracula. En fait, il se prend réellement pour Dracula. Etre Malkavian ne lui suffit pas ? Ray/Evan/Lynda/Dracula propose d'aller faire un tour dans les toilettes des filles, invitation qui ne se refuse jamais (sauf Joachim qui préfère sucer du sang de camé). Il n'a jamais entendu parler d'un Urbain, et d'ailleurs il se doute bien qu'Urbain est une duperie, un lièvre jeté comme leurre, et que la vérité est ailleurs (Bon sang Scully je vous dit qu'ils existent !!). Damien en touche deux mots à Ray, et voilà que la couverture flambe.

Le gamin (damien) prend alors un autre ton. Le p'tit a vécu toute sa vie (30-40 ans ?) dans Chicago. C'est sa ville ! Alors il veut savoir ce qu'il s'y passe. Parce qu'il est pas aussi con qu'il en a l'air, et il sait que tout ce que dit le Prince Lodin n'est qu'un ramassis de conneries (a load of crap, if you will) ! Il a l'air de prendre particulièrement à cœur la motivation derrière la venue de trois anciens vampires dans cette ville mystérieuse. Est-ce une force extérieure qui les a poussé à venir ? Est-ce qu'ils savent simplement pourquoi ils sont là ? Bordel les mecs, vous êtes des foutues poupées dominées ? Évidemment, Joachim, Guillermo et Antoine ne peuvent rien avouer et pourtant, certaines choses commencent à s'éclaircir... La curiosité du jeune Damien (un putain de 6ième génération de nardine...) l'emportera-t-elle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Vampire, la Mascarade] Salvation Chronicle   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Vampire, la Mascarade] Salvation Chronicle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Vampire, la Mascarade] Background
» [Vampire, la Mascarade] Système de jeu
» Vampire la mascarade - Paris
» [Vampire, la Mascarade] PNJs de Chicago
» Vampire la mascarade : Detroit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À la Croisée des Fers :: A l'auberge :: Systèmes et Univers des JDR :: Autres jeux-
Sauter vers: