AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Warhammer V2 - par Ronal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Warhammer V2 - par Ronal   Dim 14 Oct 2007 - 16:35

salut, les enfants, quelqu'un ce colle au debriefing mais surtout a un résumé de la partie !

cimer
Revenir en haut Aller en bas
P'tit Mouk
Administrateur
avatar

Sagittaire Dragon
Nombre de messages : 5816
Age : 28
Date d'inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Warhammer V2 - par Ronal   Lun 15 Oct 2007 - 15:37

Bon ben j'm'y colle.


Deux longues années... deux putain de longues années à se faire chier dans ce village de cul-terreux de Grunvald, c'est à dire depuis que ce Bourgmestre à déclarer l'autarcie en fermant les portes du village.

Ca n'a pas toujours été comme ça : auparavant, bon nombre de marchands et pélerins venaient admirer la Flame du Saint Sépulcre, endroit même ou Saint Kaspar trouva la foi avant de partir affronter les hordes maléfiques au côté de Sigmar Heldenhammer, il y a des siècles et des siècles.

Dans tous les cas, aujourd'hui c'est jour de fête. Les Harkanen ont bien voulu sortir les bouteilles de vin et les tonneaux de bières, alors que les propriétaires de l'Auberge de Harkanen et Fils avaient décidé un rationnement depuis la fermeture de la ville.

La boisson coulait à flot alors que les tartes à la mok - de petite tartes de viande haché, de couenne, d'épices sucrées, de champignons ou de gesiers - étaient distribuées.

Bien entendu, la tradition du village voulait que certaines moks soient garnies de dents de porc de différentes couleurs :
- les moks, de petites molaires de porcs. Si vous en trouviez une, vous pouviez distribuer des gages aux gens.
- la mok d'or. Si vous en trouviez une, vous êtes le roi de la soirée, à pouvoir donner des gages à n'importe qui et faire à peu près ce que vous voulez
- la mok noire. L'heureux détenteur de cette molaire pourrie allait être la risée de tout le monde, recevoir des gages de la part de tous les villageois.

Bien entendu, c'est Siegfried (mon perso) qui trouva la mok noire (avec un terrible 99 sur le D100). Apparement, étant le fils du propriétaire de l'auberge, il signalait aux gens qui lui en faisaient trop voir que les prix à l'auberge allaient être doublé ou triplé. Notez que la pinte de Gottfried (Bertrand) allait coûter 3 fois plus cher que d'habitude (les tarifs étant déjà supérieurs à la normal du fait du rationnement) et que le perso de Jean-Christophe s'est vu tout simplement refuser les futurs accès à l'auberge (nan mais ho, c'est pas une bande de péons de merde qui va relouter un Bourgeois).

Bref, le moment fut venu d'aller allumer une torche avec la Flame du Saint Sépulcre. Nous nous sommes donc tous dirigés vers le temple de Sigmar.
Le prêtre aveugle du temple nous acceuilli aussi chaleureusement que d'habitude (par un "Quoi, qu'est-ce-que vous venez faire ici ?"), puis certains d'entre nous se sont mit à prier avec ferveur, d'autres moins...

Au moment même ou Siegfried s'apprêtait à aller allumer sa torche, la Flame du Saint Sépulcre, qui était restée allumée pendant des éons, s'éteigni. Bien entendu, ce fut le beau foutoir : Pieter se mit à gueuler toutes sortes de choses terrorisant la moitié de la ville, certains coururent prévenir le prêtre, d'autres bloquaient l'entrée de la grotte-temple, d'autres, encore imbibés d'alcool, comataient affalés contre un mur...

Lorsque le prêtre vint voir la Flame, il s'écroula par terre. Lorsque le Bougmestre se pointa, le prêtre venait de décéder malgré les efforts de Pieter (Mehdi) et Gottfried (celui de Bertrand...) pour le réanimer.

Pour endiguer la panique, le Bougmestre von Liegert sorti un briquet à amadoux et ralluma la Flame, en nous précisant qu'il fallait le faire de temps en temps... alors mensonge ou vérité ? Si cela est vrai, on peut se demander pourquoi le prêtre est-il tombé raide-mort.

Le personnage de JC entra dans la grotte et signala au Bourgmestre que des hommes, des étrangers au village, venaient d'arriver sur la place centrale du village. Tout le monde sorti de la grotte pour aller voir de quoi il retournait, laissant le corps du prêtre au milieu du temple, à la grande joie des rats.

Une calèche blindée se trouvait au milieu de la place. Le cocher, percé de flèches, s'écroula par terre, mort, la main tendue vers le temple.

Gottfried (... celui de Grob) se rapprocha de la calèche pour tenter de voir ce qu'il y avait à l'intérieur. Un immense poing de métal sorti d'une fenêtre vint cabosser son visage, le couchant au sol.
Un puissant chevalier en full plates descendi de la diligence et brandi son immense épée en direction de la foule qui , de concert, recula de quelques pas.

"Wolfgang, prêteur de taxes est arrivé, faites place !!"

C'est à peu près les seuls mots qui sont sorti de la bouche du chevalier. Puis un deuxième homme sorti de la calèche. Un petit homme, avec une tête d'enculeur de mamans. Il demanda à voir le chef du village et von Liegert vint vers lui. Wolfgang, le prêteur de taxes lui expliqua qu'ils avaient à parler et le Bourgmestre lui fit signe de le suivre.

Quant au chevalier, il venait de s'assoir sur les marches de la diligence, réclamant à boire et semblant être fatigué. Vu les traces de sang sur sa lame et sur son armure, il devait s'être battu il y a peu...
Mais par qui ? Peut-être aurons nous la réponse à la prochaine session.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.alcdf.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Warhammer V2 - par Ronal   Lun 15 Oct 2007 - 19:43

P'tit Mouk a écrit:
"Wolfgang, prêteur de taxes est arrivé, faites place !!"


PRELEVEUR DE TAXES !!!

enesperant que ma totale imrpo vous a plu,
lol
moi ki voulais faire jouer le scenario du livre de base.

Reno
Revenir en haut Aller en bas
P'tit Mouk
Administrateur
avatar

Sagittaire Dragon
Nombre de messages : 5816
Age : 28
Date d'inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Warhammer V2 - par Ronal   Lun 15 Oct 2007 - 20:21

Hum, préleveur okay, j'me disais bien aussi que c'était pas cohérent un prêteur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.alcdf.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Warhammer V2 - par Ronal   Jeu 18 Oct 2007 - 1:10


out commence dans le village de Grünwald, un hameau d’environ 2 000 hommes et femmes de condition très modeste, composés en majorité de paysans ou d’artisans. Parmi eux, rares sont ceux ayant un titre ou mieux encore une fortune. Tous vivent au service du village et de sa survie, la spiritualité passe souvent au second plan.

Le village est situé au cœur de la forêt du Saint Sépulcre, dans une région de l’Empire, du nom de Talabecland.
En dehors de la province et des environs, le reste du monde est une notion vague pour la grande majorité des habitants, qui plus est quand on leur parle de nains, d’elfes ou autres…

Il y a bien une route qui permet d’accéder au village, mais depuis quelques années elle n’est plus empruntée et les villageois ont dû apprendre à vivre en autarcie.
En effet, autrefois des voyageurs, dont une bonne partie de pèlerins, venaient jusqu’ici afin d’admirer et de prier la flamme du Saint Sépulcre, auprès du trésor du village. Le Saint Sépulcre est composé de plusieurs précieuses flammes issues de fissures situées au fond d’une cavité naturelle. La légende dit qu’il aurait été la source de la foi de Saint Kaspar, héros de la guerre contre le chaos, au côté de Sigmar.
Ces visites profitaient à l’économie et entretenaient la vie sociale du village. Chacun pouvait à cette occasion côtoyer des étrangers, se renseigner et parler du monde extérieur, de la ville de Talabheim et de sa dernière foire aux bestiaux …
Au fil des années, les visiteurs du lieu saint se firent de plus en plus rares. Autrefois, ils étaient des centaines parfois un bon millier lors des grandes saisons, mais au fil du temps ils ne furent plus que quelques uns et leur visites s’espacèrent de plus en plus, puis on ne vit plus personne. C’est ainsi que la lassitude et la routine gagnèrent la vie quotidienne des habitants de Grünwald.

Il y a deux ans, Hans Lieger le chef du village partit vers la ville. A son retour, il paraissait troublé et soucieux. Peu de temps après, il ordonna de réparer et d’ériger de nouvelles barricades tout autour de Grünwald et d’en faire surveiller l’accès.
Sur les ordres de Hans, il fut interdit à tous les habitants de quitter le village.
Malgré cela des jeunes partirent quand même, peut être par curiosité, par ennui ou par défi envers l’autorité de leur chef. Quelle qu’en soit la raison, ils savaient dès lors que, d’après cette loi tacite, tout retour leur serait impossible. Ils avaient trahi l’honneur du village, de leur famille et par la même occasion, abandonné le Saint Sépulcre : ils devenaient les porteurs du mauvais œil.
Pourtant, par la suite, beaucoup de jeunes nourrirent encore le projet de quitter le village pour partir à l’aventure, mais Hans et le conseil des Sages (composé des anciens du village) veillaient.
Progressivement de manière insidieuse, tout échange avec le monde extérieur cessa. Seuls certains chasseurs ou cueilleurs s’aventuraient désormais aux alentours du village



ous sommes le jour tant attendu de la fête de l’Automne. La cloche du village résonne dans la fraîche et douce soirée. Il est 21 heures passées.
Les habitants sont en pleins préparatifs pour les festivités, chacun s’affaire dans sa maison et sur la place du village. Sur un sol dammé pour l’occasion, de grandes tables soutenues par des tréteaux sont installées puis drapées. On amène des plats fumants que tous ont préparés pendant la journée. Ce sont des plats en sauce, des rôtis, des tourtes, des gratins, mais aussi et surtout des fûts de vin et de bière provenant de la taverne. Ceux-ci faisant d’ailleurs du tavernier un homme important et convoité au village.
Alors que les derniers préparatifs de la fête se mettent en place doucement, la mélodie d’une viole de gambe commence à s’élever dans les airs : Une vieille femme joue de son instrument sur la place du village. On commence alors à servir le vin de l’auberge, un alcool certes plus goûteux qu’à l’habitude.

Hans rejoint les réjouissances. C’est un homme d’une cinquantaine d’années, aux cheveux châtain grisonnants, à la barbe épaisse et avec une calvitie. Il a toujours été costaud et imposant. En plus de son gabarit, c’est un homme faisant preuve de perspicacité et d’intelligence toute particulière. Il est le gardien des clefs du village, qu’il porte bien en évidence sur lui.
Celui-ci prend la parole et interpellant les habitants de Grünwald, il proclame le début de la fête. Il invite chacun et chacune à s’amuser, boire et manger. Ce soir la fête sera aussi en l’honneur Sigmar. Sitôt dit, il saisit un premier plat et se découpe une bonne part à main nue, part qu’il ingurgite aussitôt sans retenue. La musique est lancée, les tambourins, les chants et les premiers rires des fêtards se font entendre dans la place.

De tous les habitants présents à la fête, certains se distinguent des autres :

Il y a d’abord ce jeune homme d’une vingtaine d’année attendant adossé à un mur, il est en pleine discussion avec Gilbert et un autre ami. C’est Gottfried le chasseur, un homme solitaire vivant souvent reclus, mais bon vivant et adorant boire plus que de raison. C’est un jeune adulte, grand et athlétique mais plutôt maigre. Ses cheveux sont longs et roux, il porte le bouc. La superstition de ses pairs, en relation avec sa couleur de cheveux, lui ont valu beaucoup de moqueries dans sa jeunesse. Gottfried a une boucle d’oreille au niveau du lobe. Comme à son habitude il porte des habits de chasse vert foncé. Il est le fils de Marthe et du chasseur Gert Wilheim. Son père avec lequel il partait chasser étant jeune, lui fit partager son savoir. Gottfried a une sœur : Werta Wilheim.

Il y a aussi Carlos un ancien voyageur, venu à Grünwald voici déjà trois ans. A son arrivée, il traînait une sale blessure. Il resta en convalescence quelque temps puis finit par s’installer au village. C’est une personne attentive et curieuse, mais aussi souvent mélancolique. D’après ce qui ce dit, ce serait notamment à cause de son mal du pays et de l’exil qu’il aurait subi, voilà bien vingt cinq ans. Discrètement il profite des retombées de la fête pour aller écouter les discussions aux alentours. Actuellement il loue une des chambres de l’auberge de Siegfried, et travaille pour le compte de ce dernier.

Pour sa part, Siegfried est à sa table, mangeant et buvant, tout en profitant des festivités et de la compagnie de jeunes femmes. Il appartient à une famille bourgeoise du nom d’Arcanen. L’auberge qu’il tient, où il habite avec ses parents, porte son nom. Il est jeune, environ une vingtaine d’années, grand et relativement musclé. Ses cheveux auburn sont courts et propres, il se rase de près. Il arbore de beaux habits reflétant son statut. D’une manière générale, Siegfried soigne de près son apparence et sa réputation. Il préfère les gens de sa condition et ne fréquente pas beaucoup les plus modestes. En plus de son statut, son héritage fait de lui un des hommes les plus riches du village. Les gens qui le fréquentent régulièrement peuvent remarquer qu’il a la manie de porter à chaque fois des gants. Actuellement il est le seul représentant de sa famille, son père n’étant plus visible depuis quelques temps : des rumeurs circulant sur son état de santé, disent qu’il aurait la goutte.
Dans son établissement, Siegfried emploi Carlos et son barmaid et serveur, Kleiner.

Une jolie femme d’une trentaine d’année à la chevelure rousse se distingue de l’assistance. C’est l’institutrice du village, Marthe Wilheim. Elle s’occupe de l’enseignement des enfants et se fait rémunérer pour cela. En ce moment, elle est en train de flâner et de discuter avec plusieurs personnes ; elle prend des nouvelles de ses élèves auprès de leurs parents. Marthe ne boit pas. Malgré son âge et son relatif succès auprès de la gente masculine, elle est encore célibataire. Cela fait jaser. Beaucoup de femmes du village ne l’apprécient pas. Son célibat est mal vu, mais peut- être cela est-il aussi de la jalousie de leur part. Ce qui est sûr c’est que la robe qu’elle porte n’arrange rien, une belle robe provocante, taillée aux genoux. En dehors de cela Marthe passe beaucoup de son temps libre à étudier.

On peut aussi distinguer un homme tout de noir vêtu, aux ornements chamaniques. Il a sur son flan un grand bâton surmonté de grelots, et porte à ses doigts des bagues serties d’ossements d’oiseaux. Il est attablé, avec à ses côtés, de jolies femmes. L’homme contemple avec délectation les différents plats tout en les désignant de ses doigts déliés. Ses cheveux et son bouc noir contrastent avec la clarté de ses yeux bleus. Globalement c’est un bel homme à la trentaine passée ; la cicatrice à son œil ne l’enlaidit pas. Son nom est Peter Van Simeur, il est le rebouteux du village et parfois diseur de vérités. C’est un homme peu communicatif en temps normal, mais qui se désinhibe facilement après quelques verres. Il a fait le serment de ne jamais avoir de descendance. Ce serait la conséquence d’une expérience malheureuse dans sa jeunesse où il se blessa gravement en voulant escalader les grilles de l’Eglise du village. Il en garde les stigmates sur le corps et le visage. Sa fonction au sein du village et sa foi en Sigmar, lui apportent la satisfaction d’avoir trouvé un sens à sa vie.

Un peu plus loin, un jeune homme d’une vingtaine d’années tout au plus, s’énivre et festoie en belle compagnie. Il montre déjà des signes d’ivresse bien avancée en ce début de soirée. Il se prénomme Gustav, c’est le neveu du rebouteux. Ce garçon dans la force de l’âge, aux cheveux longs châtain et au regard cuivré, sait plaire aux demoiselles et ne s’en prive pas. Par nature, Gustav est un personnage cynique, qu’on pourrait même dire parfois agri. A peine sorti des quatre cents coups, Gustav fût obligé de prendre la succession de son père, taxidermiste. Ce qu’il fit à contre cœur. Cela reste pour lui un sujet qu’il n’aime pas aborder. Il cache un tatouage incongru représentant le clocher de l’église du village. Son père l’aurait tatoué à cause d’une marque de naissance de mauvaise augure sur son avant bras.

Enfin, perdu au milieu des fêtards, un autre homme costaud, mais enrobé, attend, le regard pensif. Sur la table qu’il occupe, sont disposées des choppes vides alignées. Sur son côté droit est posée une hallebarde. Il porte un casque en fer attaché de travers par une lanière. Ses habits sont en chanvre usé et crasseux, ils sont tenus par une boucle à l’enseigne du village. On distingue, dépassant d’une des ses manches, une maigre cotte de maille. Ses traits sont creusés et communs. Au moment d’interpeller une serveuse, il cache maladroitement ses dents. Il s’appelle Gottfried tout court car il n’a pas de nom de famille, ses parents l’ayant abandonné alors qu’il était encore jeune. Il garde la porte du village et habite une petite bâtisse juste à côté.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Warhammer V2 - par Ronal   Jeu 18 Oct 2007 - 1:14



e tous les plats servis sur les tables des convives, un parmi eux, un se distingue des autres: la tarte locale ou « tarte à la Moque ». Faite de différentes viandes, de gras de porc, de lardons et d’épices locales, c’est le pêché mignon des villageois. Parfois elle est aussi farcie de champignons ou même de gésier de canard. C’est un plat très appétissant et très nourrissant.

Le chef du village est le premier à manger, sitôt sa bouchée engloutie, chacun se jette goulûment sur sa tarte de Moque. Son nom de « Moque » vient des différentes molaires de porc glissées au hasard des tartes.

Pour pimenter le jeu, la tradition veut que celui qui tombe sur une moque gagne le droit de distribuer des gages aux autres. Mais il y a d’autres moques. Comme la « moque noire », qui est une molaire cariée et pourrie, qui oblige le peu fortuné qui la trouve à se plier aux gages que lui imposeront ses camarades. Enfin, il y a la rare et convoitée « moque doré », elle octroie encore plus de libertés et de droits qu’une moque ordinaire.

Le festin débute et les habitants en liesse partagent et mangent avec contentement de bonnes grosses parts de tarte de Moque. Il y a une petite appréhension ou peut- être un peu d’excitation chez certains.

Siegfried en mangeant sa part, butte sur morceau dur : une moque assurément ! Mais laquelle ? Alors que sa raison l’aurait poussé à dissimuler la découverte, il ne peut se retenir de tousser et de la cracher. La grosse dent tombe par terre : elle est toute gâtée et noire.
Sur le coup, personne ne semble avoir remarqué la chose ; il tente, alors, dans la précipitation de cacher sa trouvaille. Manque de chance, une petite fille le dénonce à sa mère et, aussitôt, la nouvelle est proclamée et reprise en cœur. La gamine de manière plus ou moins naïve, exige son gage et demande à monter sur ses épaules pour la soirée. Ce que Siegfried accepte sans désaccord, un peu moins quand celle-ci se met à émietter sa tarte et à lui tirer les oreilles ou qu’elle lui demande de danser au centre du banquet.

Maintenant au cœur de l’attention générale, certains ne manquent pas l’occasion de lui lancer des morceaux de tartes.
On lui demande de servir la boisson. Il reprend les profiteurs en signalant à chacun, le prix qui leur en coûtera pour leur boisson (les ristournes ne semblent plus de mise). L’ambiance est à la franche rigolade.
Peter à son passage, lui propose ses services de divination afin de le renseigner sur sa malchance, ce qui ne parait pas être inutile.

Au cours de la soirée, des activités sont proposées à tous telles que des joutes de force, dont un concours de bras de fer. Gottfried le gardien de la porte se lance, il parait être un bon candidat pour cette épreuve. Et pour une fois, il est enthousiaste.

La soirée continue très tard. En fin de soirée, des villageois se rendent à l’église située juste à côté de la grotte du Saint Sépulcre. Ils partent chercher une bûchette de bois qu’ils enflammeront avec la flamme sacrée. En effet, comme il est de coutume, chaque habitant doit allumer une torche et l’accrocher à sa porte. Ensembles elles illumineront le village de leurs lumières en l’honneur de la flamme du Saint Sépulcre.

Le jeune taxidermiste, le rebouteux du village, l’institutrice, Gottfried le chasseur, l’autre Gottfried, le propriétaire de la taverne Siegfried, accompagné de Carlos, retrouvent le curé du village et gardien du lieu saint pour qu’il puisse les guider jusqu’à la grotte. Le curé est un vieil homme atteint d’une profonde cataracte. Il est habillé d’une robe de bure et de sandales usées jusqu’à l’os. Peter évoque avec lui, son accident de jeunesse.

A l’entrée de la grotte, tous les membres du groupe se saisissent d’une bûchette enduite de cire. Ils descendent dans les boyaux jusqu'au fond de la cavité où sied un autel de pierre naturelle, drapé d’une vieille nappe violette. Le sol de la grotte est encore tassé par les pas de ce qui devait être la foule des pèlerins. Des flammèches sortent des fissures du sol. Il fait chaud dans la cavité. Le curé se retire et laisse le petit groupe se recueillir.

Marthe se met à genoux et prie calmement, son frère est peu attentif, perdu dans des vapeurs d’alcool. Gustav parait impatient, il regarde autour de lui. Au contraire, son oncle Peter paraît submergé par l’émotion : les yeux fermés il prie avec ferveur ; il prend quand même le temps de surveiller qu’on ne l’observe pas, presque gêné. Carlos est pensif. Quand au notable Siegfried sa prière reste sobre, puis il allume sa torche.

Tout à coup les flammes sacrées s’éteignent.

Après la stupeur, des cris d’effroi s’échappent de l’assistance. Le tenancier et le rebouteux y voient aussitôt un signe de malédiction. Peter crie au tarissement du Saint Sépulcre.
Le curé est appelé aussitôt au chevet de la flamme. Arrivé sur les lieux, il ne parvient à pas à distinguer tout de suite la réalité de la situation. Il est en effet presque aveugle. Il nous demande de tous sortir : il doit prier pour la rallumer.

C’est une fois dehors, que nous entendons le vieil homme s’écrouler. Nous le retrouvons agonisant.
Peter part propager le mauvais augure dans les rues du village. Siegfried et Gottfried le milicien portent le curé jusqu'à la table du banquet. Gottfried déchire sa robe et lui frictionne le torse avec un bout de chiffon imbibé de vin. Le frère de Marthe, attend ivre contre un mur, en plaisantant de la situation. Alors qu’il était parti avertir les autres habitants, Peter rejoint le corps du curé et déclare sa mort ; il récite une prière en sa mémoire.

La rumeur s’est étendue dans tout le village, la clameur enfle : la flamme serait éteinte et le malheur devrait s’abattre sur Grünwald.

Hans intervient. Après s’être fait expliquer la situation, il demande à l’attroupement de se calmer. Il parait pâle et fatigué. Il ordonne à Gustav d’aller se poster à l’entrée de la grotte et de ne faire entrer personne. Gustav récupère la hallebarde de Gottfried posée à l’entrée de la grotte.
Hans se penche sur le corps du curé, saisit ce qui semble être des pierres, puis part en direction de la grotte. Nous le suivons à l’intérieur.
Il commence à s’activer en entrechoquant les pierres au dessus des fissures de la roche. Hans réussit à rallumer les flammes du Saint Sépulcre.
Il nous confie, à notre stupeur, que cela n’est pas été première fois qu’il aura fallu rallumer la flamme. Ceci de manière à entretenir l’aura et la sacralité du lieu, mais surtout, pour assurer les affaires.

Au même moment, Heinrich le fondeur vient interpeller Gustav à son poste. Il veut qu’il aille chercher Hans le plus rapidement possible : des visiteurs viendraient d’arriver à Grünwald et ils attendraient sur la place !!!

Sur les lieux, se trouve une grande diligence avec un imposant attelage de six chevaux. Les bêtes s’agitent nerveusement. Une septième est attachée par la bride à l’arrière du véhicule. A l’avant sur son banc, il y a un cocher en armure tenant une arbalète. Dans un dernier sursaut de vie, il tend la main vers l’église puis s’écroule en se vidant de son sang : il a plusieurs flèches dans le dos.

Gottfried récupère son arme et part aussitôt surveiller l’entrée du village. L’autre Gottfried ivre, s’avance et ouvre la porte de la diligence. Il reçoit un puissant coup de poing gainé d’un gantelet de fer. Frappé au visage, il est projeté en arrière, sonné.
Hans ne fait rien et observe la scène.

Un chevalier tout en armure en sort. Il parait exténué. Il porte à sa taille une imposante épée dans un fourreau de cuir. Lorsqu’il la dégaine et la brandit vers l’assistance on peut voir qu’elle est ensanglantée.

Il annonce avec solennité : « Wolfgang, le préleveur de taxes de l’Empire ».
Le dit Wolfgang sort à son tour. C’est un petit homme, aux moustaches fines. L’homme transpire la sournoiserie. Wolfgang demande à voir le chef du village. Hans part s’entretenir avec lui.

Pendant ce temps, le chevalier s’assied et demande qu’on lui amène à boire. Sa belle armure ouvragée et lustrée est maculée de taches de sang frais.
Revenir en haut Aller en bas
GROB
Président
avatar

Nombre de messages : 1835
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Warhammer V2 - par Ronal   Jeu 18 Oct 2007 - 2:10

boucle d'oreille dans le cartillage en haut de l'oreille gauche Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P'tit Mouk
Administrateur
avatar

Sagittaire Dragon
Nombre de messages : 5816
Age : 28
Date d'inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Warhammer V2 - par Ronal   Jeu 18 Oct 2007 - 2:11

Et puis moi j'ai pas tenté de cacher la moque noire... je ne suis pas comme ça voyons !
Sinon, très bon debrief' !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.alcdf.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Warhammer V2 - par Ronal   Jeu 18 Oct 2007 - 13:24

Wink @p'tit mouk
vous serez au moins deux à l'avoir lu
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Warhammer V2 - par Ronal   Dim 28 Oct 2007 - 21:26

debriefing des 2 parties precedente ? merci


TALAGAAD




PETIT TOPO GEOGRAPHIQUE POUR CEUX QUI SONT CULTIVé:

L'Empire


Géographie
L'Empire s'etend sur plus de 2000 km d'est en ouest et sur près de 1500 km du nord au sud.
Il est bordé au nord par la mer des Griffes et par une frontière politique avec Kislev, a l'ouest par les collines dénudées des Wastlands et surtout par les montagnes Grises sur plus de 1000 km, au sud par les montagnes Noires et à l' est par les imposantes montagnes du Bord du Monde.
Le territoire de l'Empire est majoritairement constitué de vastes forêts, de plaines fluviales, de grandes plaines (notamment au sud) et de collines plus ou moins hautes dans les forêts ou dans les plaines. Un massif montagneux important, les Montagnes Centrales, s'élève au milieu des forêts du nord de l'Empire et il est généralement soigneusement évité par les humains et les nains.

Cours d'eau

De nombreux cours d'eau navigables irriguent le pays. Ils jouent un rôle essentiel dans la vie de l'Empire car ce sont les seules voies sûres pour le commerce et les communications. Mais il est un fleuve plus important que les autres car la plupart des grands cours d' eau navigables de l'Empire s' y jettent : c' est le fleuve Reik, l' axe vital des voies de communications et de commerce.
Le Reik est le plus long fleuve du Vieux Monde (approximativement 1200 km). Il prend sa source dans les montagnes Noires puis il est grossi par les eaux de la Soll et à Nuln par celles de l' Aver. A ce moment le Reik peut mesurer jusqu' à 200 mètres de large. Il est ensuite rejoint par le Stir puis à Altdorf, la capitale impériale, par le Talabec. Il se jette enfin à Marienburg dans le pays voisin des Wastlands.
Tout ses affluents principaux (l'Aver, la Stir et le Talabec) sauf la Soll (qui est trop tumultueuse pour être longtemps navigable), sont de grands cours d' eaux navigables sur des centaines de kilomètres atteignant la plupart des régions de l'Empire grâce à leurs propres affluents.

Forêts

Parmi les forêts qui recouvre la majorité du territoire impérial, on en distingue cinq principales :

La Forêt des Ombres qui englobe la plupart de la principaué d'Ostland et est la plus sombre de toutes .Il rôde dans ses profondeurs obscures nombres d'Hommes-Bêtes, de Gobelins et de créatures du Chaos,qui sont les restes des incursions chaotiques qui se produisirent il y a quelques 200 ans.
La Reikwald (forêt du Reik) qui s' etend au pied des montagnes Grises, entre celles-ci et le Reik. Quelques bandits ont établis leurs repères dans ses profondeurs car une partie du fleuve Reik et de la route qui le borde passe sous ses frondaisons mais à part cela, la Reikwald est une forêt relativement sûre. La cité d' Altdorf n'en est pas située très loin.
La Drakwald (forêt du Dragon) qui englobe la plupart du duché du Middenland est constituée d'arbres à feuilles caduques et de zones de conifères sur les collines et les pentes occidentales des Montagnes Centrales. Elle est connue pour ses hivers rudes. Dans ses profondeurs vivaient autrefois des dragons et des elfes mais maintenant des gobelins s'y sont établis et les elfes sont partis rejoindre leurs cousins de Laurëlorn .
La Laurëlorn qui est la forêt qui regroupe la plus grande communauté elfique de l' Empire et recouvre une partie de la baronnie de Nordland. Les humains n' osent pas s' aventurer dans ses profondeurs car les elfes protègent bien leur communauté et leurs célèbres arbres sacrés, les lornalims,qui se trouvent là, des étrangers.
La Grande Forêt qui recouvre les provinces du Talabecland et d'Ostermark et est bordée par le Talabec, le Stir et le Reik. C'est une forêt de chênes anciens comme les immenses chênes impériaux.
Population

L'Empire est avec la Bretonnie le pays le plus peuplé du Vieux Monde. Mais les densités de population sont biens plus faibles dans l'Empire qu'en Bretonnie ou même qu'en Tilée (l'Empire est grand environ 1,5 fois la Bretonnie et plus de 3 fois la Tilée). De plus la répartition de la population impériale est très inégale selon les régions : en effet le Reikland est une des régions les plus peuplées du Vieux Monde alors que l'Ostermark est quasiment inhabité. Cette population est bien entendu très majoritairement humaine étant donné que l'Empire est une nation fondée et gouvernée par des humains. Mais c'est tout de même en son sein que l'on retrouve les plus grandes colonies d'elfes sylvains du Vieux Monde en dehors de Loren, le seul territoire du Vieux Monde habité exclusivement par des Halflings (le Moot), les plus grandes colonies gnomes du Vieux Monde et la majorité des nains dits expatriés (c’est-à-dire qui n'habitent pas dans les royaumes nains). Il est tout de même à noter que les habitants de ces colonies d'elfes et gnomes ne sont pas considérés comme des citoyens impériaux et ne se considèrent pas comme tels au contraire des quelques elfes et gnomes qui habitent dans les villes de l'Empire ou des halflings et des nains.
L'Empire compte aussi quelques unes des plus grandes et importantes cités et villes du Vieux Monde. Voici une courte présentation des quatre plus importantes :

Altdorf, la capitale impériale située au confluent du Talabec et du Reik où réside l'empereur et toutes les instances qui dirigent le pays, qui avec 65 000 habitants environ est la plus grande cité de tout l'Empire. C'est également la capitale de la province du Reikland.
Middenheim, la cité souveraine du nord de l'Empire bâtie au sommet d'un énorme rocher et centre principal du culte d'Ulric, qui est la deuxième plus grande ville de l'Empire.
Nuln, cité souveraine bâtie au bord du fleuve Reik et qui a longtemps été la capitale de l'Empire.
Talabheim, cité souveraine érigée au bord du Talabec au centre d'un énorme cratère provoqué il y a des millénaires par l'impact d'une météorite.

Géographie politique

L'Empire est découpé en provinces et en cités souveraines plus ou moins indépendantes. Il existe en plus de ces provinces et cités, un territoire indépendant sur le plan politique, bien que partie intégrante de l'Empire, appelé le Mootland. Le Mootland est la terre des Halflings.Ce territoire leur a été concédé par l'empereur.
Les provinces sont appelées provinces électorales si leur suzerain participe à l'élection de l'empereur ou tout simplement provinces si il n'y participe pas. De plus, une province électorale ainsi que son suzerain bénéficient de l'adjectif "grand" dans leur appelation (exemple: le Grand Duc Leopold von Bidhofen suzerain du Grand Duché de Middenland).
Les provinces électorales sont: la Grande Principauté de Reikland, la Grande Principauté d'Ostland, le Grand Duché de Middenland, le Grand Duché de Talabecland, le Grand Comté de Stirland, le Grand Comté d'Averland et le Grand Comté de Suddenland.
Les provinces non-électorales sont: le Comté de Wissenland, le Comté de Sylvania, la Baronnie de Nordland, La Baronnie d'Hochland et la Ligue d'Ostermark.
Les trois cités souveraines sont: Middenheim, Nuln et Talabheim. Leur suzerains sont électeurs.
Le chef des Halflings du Mootland est aussi électeur.



Dernière édition par le Dim 28 Oct 2007 - 22:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mouk
Grand Ancien
avatar

Taureau Serpent
Nombre de messages : 6258
Age : 40
Localisation : Marly-le-Roi
Date d'inscription : 25/05/2005

MessageSujet: Re: Warhammer V2 - par Ronal   Dim 28 Oct 2007 - 21:45

"Taalbaston"...voilà qui inspire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P'tit Mouk
Administrateur
avatar

Sagittaire Dragon
Nombre de messages : 5816
Age : 28
Date d'inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Warhammer V2 - par Ronal   Lun 29 Oct 2007 - 4:19

Résumé de vendredi soir :

En partant avec Wolfgang vers sa demeure, le Bourgmestre von Liegert nous fait signe à tous de monter la garde devant sa porte d'entrée. Il ne voulait pas être dérangé.
Après une vingtaine de minutes, von Liegert pointe sa tête et nous explique la situation : le collecteur de taxe ést venu réclamer les impôts... et forcément, après deux ans, ça fait mal. Le Bourgemestre nous précise que Wolfgang va passer dans chacune des maisons pour réclamer les impôts. Aussi allait-il séjourner à l'auberge le temps que tout soit calculé.

Le lendemain, dans l'après-midi, le Bourgmestre nous convie tout les 7 chez lui. Il nous dit clairement que Grundwald n'aura pas les moyens de payer le tout. Il nous confie donc la tâche de trouver du boulo à Talabheim pour payer les dettes du village. Nous partirons donc le soir même, à la tombée de la nuit, avec Wolfgang et Rostov (le chevalier) en direction de la grande cité du Talabecland.

Le soir, c'est les grands adieux aux familles et aux amis. On apprend que la ville doit 100 couronnes à Wolfgang et que nous avons 1 an pour réunir les fonds. Il nous faut également prévenir les pélerins de Sigmar que la ville est réouverte.

Nous partons donc avec Wolfgang pour une dizaine de jours de trajet. On apprend qu'ils se font fait attaquer par des brigands à l'aller, mais surtout que de puissantes forces du Chaos venues du Nord ont attaquées l'Empire, ravangeants bon nombre de villes. C'était il y a 2 ans. Depuis, les forces du Chaos ont été repoussées, mais les combats continues plus au Nord.

10 jours plus tard, nous arrivons enfin à Talaghad, le port de Talabheim. Nous ne distinguons pas encore le reste de la ville puisqu'elle se trouve de l'autre côté du Tallbaston, de puissantes montagnes, dans un profond cratère.
Wolfgang précise qu'il arrivera à trouver du travail pour 4 d'entre nous. Les trois autres (Pieter(Mehdi), Bobby Lapointe(JC) et Siegfried (missa)) devront se démerder. Les trois SDF sont lachés en pleine rue, qui répond au doux nom de... "la rue des voleurs".

Bon ben voilà, des dizaines de pelos viennent nous mendier des sous, un groupe de fanatiques religieux manquent de nous trucider, on assiste à la lapidation d'un pov' gars... enfin bref, c'est la fête au village.

On se met en quête d'un emploi. Ca nous réussi pas trop. On trouve un vieux racoleur qui nous amène à une auberge où il reste encore de la place, mais Pieter fait son malin et on se fait dégager à cause de lui. On cherche une autre auberge, et on manque encore une fois de se faire virer. Nous sommes à "l'Entremets".

Bon, Wolfgang nous avait dit qu'il nous fallait des laisser-passer. Donc on se renseigne pour savoir comment on peut en trouver. Des gardes nous indique qu'il faut se rendre dans un bureau de juristes, payer 10 Pistoles, attendre une semaine et puis ça devrait le faire pour un an. Le bureau est fermé et nous devrond nous y rendre le lendemain.

En revenant à l'auberge, on tombe sur Werta (Corentin) qui apparement n'a pas eu la chance de trouver un travail. Elle est donc partie nous rechercher. On lui explique la situation.

On décide tout d'abord de trouver un boulo. Pour ça, on compte aller parler à un magistrat qui indique aux centaines de réfugiés, qui campent à l'extérieur de la ville, où est-ce-qu'il doivent aller pour vivre.
Le lendemain matin, on fait donc la queue pour parler au magistrat. Après 3h d'attente, on arrive devant Sorland Howenlau (le magistrat, donc). Ce connard commence d'abord par nous engueuler, puis nous propose un job à la con pour amener une centaines de réfugiés dans un village de pécors à une semaine de route d'ici. On est censer leur servir de guide et de les protéger au mieux. Nous acceptons. Howenlau nous précise un truc du genre "si vous tentez quoi que ce soit pour me niquer, j'vous r'trouve et j'vous bute."

Suivant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.alcdf.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Warhammer V2 - par Ronal   Lun 29 Oct 2007 - 12:52

la fin est emprunte d'une certaine subjectivité Smile
Revenir en haut Aller en bas
P'tit Mouk
Administrateur
avatar

Sagittaire Dragon
Nombre de messages : 5816
Age : 28
Date d'inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Warhammer V2 - par Ronal   Lun 29 Oct 2007 - 14:06

Ouaip, au début j'me force à rester objectif, mais après s'plus possible quoi, avec tout ce ramassit de trou de balle et de véritables ordures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.alcdf.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Warhammer V2 - par Ronal   

Revenir en haut Aller en bas
 
Warhammer V2 - par Ronal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Warhammer V2 - par Ronal
» warhammer en ligne
» WARHAMMER V8
» Call of warhammer : Mod MTW2 sur WHB
» WARHAMMER MODERN BATTLES TEST

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À la Croisée des Fers :: A l'auberge :: Débriefings des parties-
Sauter vers: